mardi 14 octobre 2014

Ma première expérience avec un homme mature (troisième partie)

Voici la suite du récit de ma première expérience avec un homme mature.
Si vous n'avez pas lu le début, vous pouvez le faire avant de poursuivre ici.
La première partie a été publiée le dimanche 14 septembre:  ma-premiere-experience-avec-un-homme
la deuxième le vendredi 26 septembre : ma-premiere-experience-avec-un-homme_2.



Après la soirée chez Monsieur M, j’étais sur un petit nuage, heureux d’avoir fait ma première expérience sexuelle avec un homme et impatient de pouvoir recommencer. C’est à peine si je ne comptais pas les heures qu’il me fallait encore attendre avant d’aller faire mes travaux de jardinage chez lui. Nous avions convenu que je commencerais le lundi matin pour tondre la pelouse, tailler une haie et nettoyer quelques parterres.

En m’éveillant le samedi matin, j’avais un gros souci en tête, quel vêtement de travail mettre pour plaire à mon employeur. Il m’avait bien fait comprendre que mes bermudas ne lui plaisaient pas, qu’ils n’étaient pas assez sexy à son goût et que je devais mettre quelque chose de plus excitant si je voulais qu’il fasse mon initiation sexuelle. Le problème, c’est que je n’en avais pas à part celui que je mettais pour le cours d’éducation physique au lycée. A la limite, ça pourrait convenir, surtout si je ne mettais rien en-dessous, mais ce n’était quand même pas le top. Je me demandais donc si je n’allais pas faire du shopping l’après-midi pour acheter un petit short sexy pas cher qui me moulerait bien les fesses et le sexe.

Au petit-déjeuner, j’aborde le sujet en demandant si je peux avoir de l’argent pour m’acheter du short de travail léger et pas cher. Mon père me répond en riant que, selon la législation du travail, c’est l’employeur qui doit fournir les vêtements de travail de ses ouvriers et il ajoute en riant encore plus que j’aurais l’air malin dans un pantalon et une chemise de vieux grand-père. Plus sérieusement, ma mère me dit que je dois surtout acheter de nouveaux vêtements d’été car ceux de l’an dernier ne sont certainement plus à ma taille tandis que pour travailler je peux mettre un vêtement usager et qu’on peut couper les jambes d’un pantalon trop court pour en faire un short. Elle me recommande d’essayer tous mes vêtements de l’an dernier et de mettre de côté ceux qui ne sont plus bons puis d’aller faire les magasins après-midi pour les remplacer. Un excellent conseil car plus rien ne me va, beaucoup trop court et un peu trop étroit. Je retiens malgré tout un pantalon en fine toile, un peu serrant, qui me moule bien les muscles et le sexe mais dans lequel je peux encore entrer et que je peux encore boutonner. Je le trouve parfait pour aller travailler et exciter monsieur M. Je prends une paire de ciseaux et coupe les jambes au plus court.

Après-midi, je vais faire mon shopping. J’en profite pour acheter un petit short en nylon vert,  avec un slip en filet blanc intégré, et aussi un débardeur de la même couleur.

Le soir, j’essaie rapidement mes nouveaux vêtements devant le miroir de ma chambre en prenant différentes pauses pour vérifier qu’ils me vont bien. L’essayage des shorts (celui que j’ai acheté, celui de gym et celui que j’ai fait avec mon vieux pantalon) est un peu plus long car je dois regarder comment ajuster mon sexe dans les positions les plus provocantes pour  exciter au maximum mon vieil employeur. Et tout cela finit par me provoquer une énorme érection impossible à cacher. Quand vient le tour du pantalon transformé en short, je constate que c’est quand même très étroit et sans doute pas très confortable pour travailler, mais c’est malgré tout très sexy. Puis soudain, avec tous les mouvements que je fais pour voir l’effet qu’il produit sous différents points de vue et position, crac, la couture cède à l’entrejambe. Je devais m’y attendre, mais à la réflexion, ce n’est pas plus mal. Cette petite ouverture bien placée viendra bien à propos pour offrir un beau spectacle à Monsieur M, surtout si je ne mets rien sous le short.

Le lundi arrive enfin. Je m’habille avec mon vieux boxer usé, le bermuda que le vieux n’aime pas et qui peut aussi servir de vêtement de travail vu que j’en ai acheté un neuf samedi et un vieux t-shirt trop court. Je mets les 3 shorts dans un sac de supermarché et, après un bon petit-déjeuner, je m’en vais travailler.
Monsieur M n’est pas encore habillé. Il est assis sur sa terrasse où il prend son petit-déjeuner en pyjama rayé (un t-shirt et caleçon avec une ouverture devant). Il me dit que je suis matinal et qu’il ne m’attendait pas si tôt. En me regardant de la tête aux pieds, il me reproche d’avoir encore mis mon horrible bermuda et me demande si je n’ai que ça à mettre sur moi. Je lui réponds que j’ai pris des shorts avec moi pour travailler. Je les sors du sac pour les lui montrer en lui demandant lequel il voulait que je mette. Il me dit qu’il ne peut pas répondre sans les voir sur moi. Je commence donc à enlever mon bermuda mais il m’arrête en disant que ce serait mieux que j’aille me changer dans sa chambre, qu’il va m’y conduire parce qu’il doit lui aussi s’habiller. Pendant qu’il débarrasse la table du petit-déjeuner et qu’il ramène tout à la cuisine, je lui raconte ce que mon père m’a dit samedi, que c’était l’employeur qui devait fournir les vêtements de travail des ouvriers et qu’il m’imaginait avec un vieux pantalon et une vieille chemise trop larges pour moi. Il me répond qu’il peut me donner des vêtements mais que ce ne seront pas ceux que mon père imagine.

Nous passons dans la chambre où je me déshabille pendant qu’il sort les shorts du sac. Il prend d’abord le vert en me disant qu’il est trop beau pour travailler, puis celui du cours d’éducation physique sur lequel il fait une moue dubitative et enfin celui que j’ai confectionné avec le vieux pantalon. Je suis en t-shirt et boxer devant lui en attendant son verdict, avec ma bite déjà bien gonflée. Il me dit en tenant le pantalon dont j’ai coupé les jambes :
- Celui-là peut-être ou alors la tenue dans laquelle tu es maintenant… mais ton papa à raison, je ferais mieux de t’habiller moi-même
Il ouvre un tiroir et en retire un petit slip qu’il me tend.
- Enlève ton boxer que je vois ce que ça donne avec ça.
J’enlève mon boxer et je prends le petit slip. Je constate alors qu’il n’y a pas de tissu derrière. Je le regarde avec étonnement en me demandant comment je dois le mettre sur moi. Ma surprise ne lui échappe pas et il me dit que ça s’appelle un joskstrap et que c’est l’idéal pour travailler en été sans avoir trop chaud au cul. Je lui dis :
- Je ne vais quand même pas travailler à poils… et si quelqu’un me voit ainsi.
Il me répond :
- Aucun risque, avec les buissons tout autour de la propriété, personne ne peut voir ce qui se passe dans le jardin.
Il me regarde dans le jockstrap et palpe mon sexe gonflé qui rempli bien la poche. Il me dit que ça me va comme un gant et me demande de me retourner puis de me pencher sur le lit.


Il commence par caresser mes fesses et passe ses doigts dans la raie à la recherche de l’anus sur lequel il insiste. Ensuite il se penche, écarte mes fesses de ses deux et commence à me lécher en salivant sur mon anus dans lequel il essaie de faire entrer un doigt. Il y parvient et fait entrer et sortir le doigt, puis il le fait tourner en caressant l’intérieur de mon cul. Il me demande ensuite de me relever et de m’asseoir sur le lit. Je vois que sa bite à moitié bandée sort de son caleçon par l’ouverture de devant. Il me demande de me coucher et de projeter mes jambes vers l’arrière pour qu’il puisse facilement accéder à mon petit trou. Il recommence à me lécher et à me doigter l’anus en salivant abondamment. Il me demande de patienter un petit instant et de ne pas bouger. Il va chercher un flacon dans un tiroir et revient pour appliquer un liquide très froid sur mon anus. Il me dit que c’est un gel lubrifiant et que ça permet de mieux glisser sans me faire mal. Il en remet encore et recommence à me doigter. Dans la position dans laquelle je me trouve, je ne peux pas voir ce qu’il fait mais son petit jeu avec mon anus est très agréable tant au niveau de mon fion qu’au niveau de ma bite qui frétille en mouillant comme elle ne l’a jamais fait, le jockstrap en est tout mouillé. Il me demande s’il ne me fait pas mal et je lui réponds que c’est très agréable et qu’il peut continuer. Il remet encore un peu de son liquide puis joue de plus belle avec ses doigts dans mon cul.

Il me demande de nouveau de patienter et de ne pas bouger. Il retourne dans son tiroir puis en revient pour me remettre une nouvelle dose de liquide froid sur l’anus. Il me dit qu’il va me pénétrer avec quelque chose d’un peu plus gros que ses doigts et que je dois l’arrêter si ça me fait trop mal. Je relève la tête pour voir de quoi il s’agit et je le vois se coller contre moi. Je sens ce que j’imagine être sa bite appuyer contre mon anus. Il me dit de ne pas m’inquiéter, qu’il a mis un préservatif. Son gland glisse lentement dans mon anus. Il me demande s’il ne me fait pas mal. Je lui réponds que je le sens rentrer mais qu’il peut continuer que ce n’est pas douloureux. Il enfonce sa queue complètement dans mon cul, c’est chaud et plutôt agréable. Il me prend par les cuisses avec ses deux  et commence un lent va et vient. Il me demande de nouveau si je n’ai pas mal et si j’aime bien ce qu’il me fait. Je lui réponds que j’aime beaucoup et de continuer. J’imagine que c’est mon papa qui me fait ça et, sortant ma queue du jockstrap, je commence à me branler pendant qu’il me lime le cul de plus en plus rapidement.

Je ne sais plus combien de temps ça a duré mais j’ai finalement senti qu’il jouissait en moi et j’ai aussitôt joui moi aussi en éclaboussant mon corps et mon visage de gros jets de sperme chaud. Il s’est penché vers moi, m’a embrassé sur le front et m’a demandé si j’avais aimé. Je lui ai répondu que j’avais beaucoup aimé et qu’on pouvait recommencer quand il voulait. Il m’a dit que, si je voulais, je pourrais moi aussi l’enculer. Il a sorti sa bite ramollie de mon cul a enlevé le préservatif et est parti vers la salle de bain d’où il a rapporté une serviette pour m’essuyer. Il s’est habillé avec un petit short en nylon rouge. J’ai gardé le jockstrap sur moi et j’ai mis le short que je m’étais fait avec le vieux pantalon et je suis allé tondre la pelouse.

C'était il y a un peu plus de 12 ans, le lundi 1 juillet 2002 exactement, mais je me souviens de ce jour-là comme si c'était hier. J'étais tellement heureux et fier d'être enfin dépucelé par un homme mûr. Ce n'était pas mon papa mais pendant tout le temps qu'à duré l'action j'ai pensé à lui et que c'était lui qui me faisait tout cela.

23 commentaires:

  1. merci pour ta temoinage!
    ces dessins sont dérivés des photographies, non?

    bonjour avec mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.it/2014/10/crossing-swords-croiser-les-epees.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu tout juste, Steve. Ces dessins sont réalisés avec Picasa à partir de photos.

      Supprimer
  2. Bonjour Beau mâle ,

    Merci d'embellir ma journée

    Tu sais captiver avec délice ton auditoire , la suite de ce récit m'a fait bander grave

    De plus les photos jointes sont à mon gout

    Belle journée

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bel embelli.

      Tes commentaires sont toujours très gentils. Je peux te confirmer que mon histoire avec ce monsieur est celle qui m'a laissé le plus beau souvenir, surtout ce qui s'est passé ce premier lundi. Mais, c'est sans doute parce que c'était la toute première fois que je me faisais pénétrer par un homme.

      Bonne journée et bisous.

      Supprimer
    2. Merci bel Homme , d'embellir ma vie avec ton excellentissime blog tes récits tes photos jointes

      Ce n'est que du pur bonheur

      Grand merci - Respect - plein de doux bisous

      Supprimer
  3. Quelle merveilleuse aventure. Tu as eu beaucoup de chance de rencontrer cet homme. En même temps, il n'a pas eu grand chose à faire pour te draguer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça a été une aventure merveilleuse et il ne m'a pas du tout forcé à faire ça. J'étais plus que consentant.

      Supprimer
  4. michel69villefranche@msn.com14 octobre 2014 à 22:01

    super histoire bien écrite
    y a une suite?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. La prochaine fois, je raconterai la première fois que je l'ai sodomisé.

      Supprimer
  5. très bon récit j'ai beaucoup aimé surtout le fait que tu pense à ton père pendant ton initiation, il faudra que je fasse aussi partager à tous de ma première expérience

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense toujours à mon papa, dans mes fantasmes et quand je baise avec un autre homme.

      Merci, c'est sympa de partager avec nous ta première expérience. Je t'ai ajouté à mes contacts Google+, tu peux m'écrire en privé pour communiquer ton récit.

      Bisous.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Tout vient à point à qui sait attendre, Logan :)

      Bisous à toi et à ton parrain.

      Supprimer
  7. Bravo, c'est une belle expérience bien racontée. Je sens que tu y a pris beaucoup de plaisir.

    RépondreSupprimer
  8. à te lire la pression ne baisse pas !!! huuummmu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christian.

      Si la pression ne baisse pas, il faut passer directement en mode manuel. C'est ce que je viens de faire il y a quelques minutes en lisant un texte que le Vicomte de l'amour m'a envoyé et que je publierai bientôt.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  9. WAOUH MERCI POUR CE SOMPTUEUX TEMOIGNAGE!!!!
    Je n'ose imaginer le BONHEUR INTENSE que tu as du ressentir!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, un bonheur intense ou plutôt une grande fierté d'avoir enfin été dépucelé. J'imagine que ce doit être à peu près la même chose pour tout el monde.

      Supprimer
    2. Oui je pense que les premières fois sont toujours des souvenirs plus ou moins encrés dans la mémoire de chacun...

      Supprimer
    3. C'est bien ce que je pensais.

      Supprimer