vendredi 14 novembre 2014

Mes premières expériences au parc


 Après mes premières expériences sexuelles avec un homme mature que je vous ai racontées il y a peu, voici comment ma vie sexuelle avec d'autres mecs s'est poursuivie dans les mois qui ont suivi,..

Après les vacances d’été 2002, je suis entré à la fac dans une ville qui se trouvait à près de 150 km de chez moi. Il m’était impossible de faire le trajet chaque jour et j’ai dû m’installer dans une chambre d’étudiant qui avait l’avantage de ne pas être trop éloignée du centre-ville et de la ligne de bus qui conduisait les étudiants vers le campus.
Il y avait près de ma chambre un parc que je devais traverser pour aller vers le centre-ville et en revenir. Il était très fréquenté durant la journée et je n’y avais jamais rien vu d’anormal, si ce n’est une fête foraine qui s’y était installée pendant tout le mois d’octobre et le début du mois de novembre.

Un soir de novembre, alors que je rentrais chez moi avec un urgent besoin d’uriner, je me suis dirigé d’un pas pressé vers une vespasienne que j’avais repérée pour m’y soulager. Hélas, toutes les places étaient occupées. Pensant qu’une place serait rapidement libérée, j’ai attendu quelques instants sans voir sortir personne. Mon besoin était trop urgent pour que j’attende davantage. Je me suis alors dirigé vers de hauts buissons proches de là dans lesquels je me suis un peu enfoncé pour ne pas être vu des passants encore nombreux à cette heure-là.

J’avais à peine commencé à pisser qu’un homme a surgi des buissons situés devant moi. Il a détaché sa ceinture, déboutonné son pantalon, baissé l’avant de son slip pour en sortir entièrement son sexe qu’il a secoué ostensiblement devant moi qui le regardais médusé. Il m’a regardé pisser tout en se masturbant lentement et en faisant glisser le prépuce sur son gland. Mon sexe n’a pas tardé à bander et, quand j’ai eu fini d’uriner, j’ai moi aussi secoué ma queue et joué avec mon prépuce pour faire tomber les dernières gouttes. L’homme s’est alors approché de moi, il a pris ma bite dans une main et, avec l’autre main, est allé chercher mes couilles qui étaient restées à l’intérieur de mon slip. J’ai moi aussi empoigné son sexe et nous avons commencé à nous branler mutuellement. Il a ensuite détaché ma ceinture, déboutonné le bouton supérieur de mon pantalon et, en se baissant, il a fait descendre mon pantalon et mon slip jusqu’à mes chevilles. Accroupi devant moi, il a commencé à me sucer en me tenant avec ses deux mains sur mes fesses. Il suçait très bien en enfonçant ma queue complètement dans sa bouche, jusqu’à la gorge. De temps en temps, il la sortait pour la branler en léchant mes couilles puis il la reprenait en bouche pour continuer la fellation. Il était très excité. Tout en s’occupant de mon sexe avec sa bouche et sa main droite, il se branlait avec sa main gauche. La fellation n’a pas duré des heures. J’ai senti que j’allais jouir et je l’ai prévenu. Au lieu de retirer ma bite de sa bouche, il l’a enfoncée plus profondément dans sa gorge en glissant un doigt sur mon anus, ce qui m’a fait juter dans sa bouche. Il a tout avalé jusqu’à la dernière goutte. Il s’est relevé. J’ai alors voulu prendre sa bite en bouche pour le sucer à mon tour, mais il m’a repoussé, s’est branlé vigoureusement et a éjaculé. Les gros jets de foutre se sont écrasés par terre mais aussi sur ma jambe, mes pieds et mon pantalon. Il a remonté son pantalon, a pris des kleenex dans sa poche, a essuyé sa queue, s’est rhabillé et est reparti par où il était venu.

Après cette première expérience, je suis devenu un visiteur assidu de ce parc en début de soirée, mais pas toujours avec le même succès. En fait, ainsi que j’ai pu le constater un peu plus tard, le début de soirée, alors qu’il y avait encore beaucoup de passage dans le parc, n’était pas le meilleur moment pour les activités sexuelles. C’était surtout limité à des petites branles ou fellations vite faites. Plus tard dans la soirée et en début de nuit, c’était beaucoup plus chaud. Mais ça, à peine arrivé de mes campagnes où il ne se passait jamais rien, je ne pouvais pas le savoir.

 Pour être honnête, je dois reconnaître que les rencontres furtives dans le parc n'étaient pas très palpitantes, surtout après ce que j'avais connu pendant les vacances avec le voisin chez qui j'allais faire le jardin. Ce n'était jamais que des jouissances rapides, parfois quelques caresses, exceptionnellement un baiser appuyer. Ce n'était qu'un pis-aller à défaut d'autre chose, en attendant mieux. Je ne vais toutefois pas cracher dans la soupe car j'ai connu de très bons moments dans ce parc à des heures plus propices. Je vous en parlerai une prochaine fois si ça vous intéresse.



Je vous souhaite une bonne journée.

23 commentaires:

  1. "J’ai senti que j’allais jouir et je l’ai prévenu. Au lieu de retirer ma bite de sa bouche, il l’a enfoncée plus profondément dans sa gorge en glissant un doigt sur mon anus, ce qui m’a fait juter dans sa bouche. Il a tout avalé jusqu’à la dernière goutte."

    Tu sais quelle délice est cette phrase!!! t'as eu une bonne experience! Je n'ai jamais eu des experiences outdoor, mais tes contes sont fort excitants! stp, des autres textes de ta vie vraie!!!

    bonne journée avec mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.it/2014/11/happy-birthday-tyson-ballou.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'as jamais eu d'expérience Outdoor, mon premier suceur du parc n'était donc pas toi. De toute évidence, il avait les mêmes goûts que toi pour la sauce humaine.
      Bonne journée - bisous.

      Supprimer
  2. Ah ! Les parcs ! C'est trop bien pour aller se faire enculer à l'abri des regards surtout pour moi qui suis marié. Samedi soir je suis allé dans le parc de ma ville qui est un vrai baisodrome la nuit. J'y ai fait une bonne partouze à cinq mecs bien chauds. On s'est bien baisé les uns les autres (par chance tous étaient autoreverses). Le jus a coulé à flot. Je suis rentré à 3h00 du mat et je me suis fait engueuler par ma femme mais ça valait trop le coup.
    Excellent blog et gars sympas au vu des commentaires. Je reviendrais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Théotime et bienvenue parmi nous.
      En effet, les parcs peuvent se transformer en vrai baisodrome, mais il faut bien choisir ses heures pour y aller. Il faut aussi reconnaître que, dans beaucoup de petites villes qui n'ont pas de club spécifique, c'est le seul endroit pour s'éclater.
      A bientôt.

      Supprimer
    2. Salut Théotime
      C'est un prénom sympa je connaissais pas. A moins que ce soit un surnom ou un pseudo ?
      Tu dois être un mec très chaud si tu prends le risque de rentrer tard et de te faire engueuler par ta femme ? Tu as quel âge ?
      Je suis amateur de plans culs en extérieur moi aussi, c'est bandant. Mais quand vient l'hiver je préfère quand même baiser bien au chaud dans mon pieu ou sur mon canapé.

      Supprimer
    3. Bonjour Théotime
      Encore un très beau prénom, pas vraiment courant. C'est le deuxième plus beau prénom sur le site.

      Je suis très excité par le récit de ta partouze même si c'était très court. Autrefois j'en faisais assez souvent des partouzes, C'est assez rare maintenant.
      Je comprends que tu as pris le risque des reproches de ta femme pour t'amuser aussi tard si cela valait le coup.
      Je suppose qu'elle n'est pas au jus pour ta sexualité avec les mecs ?
      Merci A+

      Supprimer
    4. Salut, moi non plus je n'avais jamais rencontré ce prénom de Théotime, plutôt original !

      Je suis d'accord avec toi, Chris, en hiver c'est mieux d'être bien au chaud, mais on a la chance qu'il fait encore assez bon pour le moment pour aller draguer dans les parcs.

      Je ne sais pas si la femme de Théotime est au jus pour sa sexualité, Franck, mais d'après ce que j'ai compris, les mecs avec qui il était n'ont pas manqué de jus :)

      Supprimer
    5. Salut les mecs
      Merci de vous intéresser à ma petite histoire.
      Effectivement je suis un mec chaud du cul et de la bite, alors quand je fais un plan sympa j'en profite un max et tant pis si je prend un abattage. Ma femme ne sais pas que j'aime les mecs. Il faudra bien pourtant qu'un jour elle l'apprenne, mais pour l'instant j'attends encore un peu à cause des gosses (j'en ai 3). J'ai 36 ans.

      J'ai pas le choix de baiser dans les parcs ou autres lieux en pleine nature puisque je peux pas recevoir. Et comme les mecs m'invitent pas obligatoirement chez eux je baise rarement dans un plumard. Cette année cela m'est arrivé qu'une seule fois et c'était pas le top, il fallait que je fasse tout le travail et j'ai pas eu en retour. C'était pas le pied. Il y a bien les saunas mais c'est cher, je peux pas y aller trop souvent.. Alors je fais comme je peux pour rencontrer des mecs.

      En ce qui concerne mon prénom, ma mère en voulait un beau pas trop courant et elle a choisi Théotime. C'est pas un pseudo, c'est mon prénom. C'est à base de grec ancien, ça veut dire "honoré par Dieu". J'aime mon prénom et je suis content qu'il vous plaise aussi.

      Salut les gars je vous bise

      Supprimer
    6. Merci pour ces précisions Théotime.
      C'est vrai que ce n'est pas évident de baiser entre mecs bien au chaud quand on est marié avec des enfants ou alors il faut trouver des endroits couverts abandonnés comme ceux dont parle Melvin dans le message suivant.
      Salut - Bisous.

      Supprimer
    7. Merci pour ta réponse Théotime

      Supprimer
    8. Salut Théotime
      Devons-nous comprendre que tu as l'intention de faire ton coming out à ta femme un de ses jours lorsque tu dis "il faudra bien qu'elle l'apprenne un jour".

      Supprimer
    9. Salut Chris

      Oui, tu as bien compris, j'ai bien cette intention là. Je pratique le sexe entre mecs depuis que j'ai 16 ans mais cela ne m'a jamais empêché de sauter des gonzesses avant que je connaisse ma femme. A cette époque j'étais seulement actif avec les mecs à part une fois vers 21 ans où j'ai essayé d'être passif mais c'était pas une bonne expérience. J'avais 29 ans et j'étais déjà marié quand j'ai ré-essayé le côté passif. Cette fois là a été très excitante alors depuis je fonctionne dans les deux sens. Mais je me suis aperçu que finalement je préfère baiser avec des mecs qu'avec des femmes.
      Mais je suis pas toujours libre de faire ce que je veux et quand je veux. Alors oui, un jour je ferais mon coming out et je prendrais ma liberté pour vivre ma vie d'homo plus facilement. Ce qui me retient ce sont mes enfants qui sont encore petits (9, 7 et 4 ans).

      Supprimer
    10. Salut Théotime.

      C'est vrai que tes enfants sont encore très jeunes mais le message a peut-être plus de chance de passer maintenant qu'ils ne se posent pas trop de questions que dans quelques années quand ils seront en pleine adolescence, un âge où un changement de l'identité sexuelle de leur père pourrait les perturber beaucoup plus, surtout si c'est combiné avec un éclatement de la cellule familiale (séparation, divorce).Mais, je suppose que tout cela dépend de la façon de gérer les choses et de les expliquer pour que ça passe en douceur.
      Bonne semaine.

      Supprimer
    11. Salut ZobàDada

      J'avoue ne pas avoir pensé à cela. J'avais imaginé attendre que ma dernière est au moins 8 ou 9 ans pour faire mon coming out. Mais cela implique que mon ainé aura 13 14 ans, il sera en pleine adolescence et comme tu le dis cela pourrait les perturber encore plus. Mon fils à cet âge là pourrait avoir être influencé négativement par ses copains sur l'homosexualité. C'est pas évident l'adolescence. J'avoue que moi aussi à cet âge là, j'ai dit des vacheries sur les homos alors que j'en été moi même pour que mes copains ne se doutent de rien à mon sujet. Et comme en plus je sortais aussi avec des filles, j'arrivais à noyer le poisson.
      Mais ce que tu me dis là doit être analysé. Je dois y réfléchir.

      Je te remercie de ton conseil, je te tiendrais informé de ma décision.

      Supprimer
    12. Salut Théotime.

      C'est en effet une décision à ne pas prendre à la légère. Ca vaudrait peut-être la peine d'en parler avec d'autres hommes qui se sont trouvés dans la même situation que toi.

      Voici à toute fin utile le lien vers l'association des parents gays : http://www.apgl.fr/
      et celui du forum Homos et Parents : http://homos-et-parents.forumactif.com/

      Bonne soirée.

      Supprimer
  3. Bonjour Dada ,

    Superbe récit qui m'a bien mis la gaule et qui m'a remémoré mes aventures dans des parcs - en forêt

    Dans les toilettes publiques - dans des stations services désaffectées ou chantiers en construction ...

    Merci bel Homme bonne journée - Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Melvin.

      Merci pour ton message. Squatter des lieux couverts déserts, voilà une bonne suggestion pour cet hiver :)

      Bonne journée - Bisous

      Supprimer
  4. Moi je dois avouer que la première n’a pas été géniale, ce qui fait qu’après j’ai peu pratiqué. Sans doute aussi le fait qu’il n’y avait pas de parc « bien fréquenté » près de chez nous ? le fait que je n’étais pas souvent en manque et que je n’ai pas cherché, me trouvant de plus rarement seul ? Première fois, donc, une fois où j’étais seul, pendant la Terminale. Notre famille avait fait un voyage à Paris pour le salon de l’Auto. J’aime bien les bagnoles, mais, vu le temps qu’y restait mon père, cela me saoulait un peu et j’avais laissé les parents et mon frère sur place pour rentrer chez les amis qui nous hébergeaient près du bois de Boulogne.
    Mon expérience de Paris étant très limitée, je me suis trompé de station de métro et me suis retrouvé, après avoir demandé mon chemin à devoir traverser une partie du bois de Boulogne. J’avais aussi la tête prise par un Pb perso (une prise de tête avec mon équipe de hand, ou qqc comme cela) aussi je n’étais pas très attentif à ce qui se passait autour de moi. J’ai croisé des types qui se promenaient mais qui n’avaient pas vraiment l’air de se promener, un peu bizarre, mais, bon. Un type aussi qui se promenait avec son chien, l’air de chercher qqc, et comme je ralentissais c’est lui qui m’a demandé : « vous cherchez quelque chose ? » avec un sourire un peu salace. Alors seulement j’ai pigé, et je me suis trouvé un peu con, moi le jeune plutôt porté sur la bite de me retrouver à me faire draguer sans m’en être aperçu. Il avait une trentaine d’années, physique correct mais sans plus, j’avais du temps à perdre et je me suis dit : « expérience parisienne, je prends ! » Je n'ai pas répondu, il s'est approché de moi et m'a mis la main aux fesses, j'ai souri de mon côté, il a alors attaché son chien puis m'a fait baiser la tête. On s’est fait une suce quelconque, je me sentais moyennement à l’aise en plein air dans un endroit que je ne connaissais pas et avec des rôdeurs qui ne m’inspiraient pas, donc après avoir ait notre manip je me suis taillé. J’ai eu d’autres expériences en extérieurs, beaucoup mieux, et je n’ai pas réessayé les parcs. C’est un tort, je vois qu’il y en a qui aiment, il faudra que j’en trouve un !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Charles. Merci pour ton témoignage à propos de cette expérience au parc.
      Pour moi, le parc était le seul endroit que je connaissais à cette époque donc j'y suis allé très souvent. Pour être sincère, je dois dire que ce n'est plus du tout mon truc. En été, c'est encore agréable mais en hiver ce n'est pas le top, et puis il y a aussi les risques d'agressions. Je préfère de loin les clubs privés qui sont bien plus sûrs. Mais dans les villes où il n'y en a pas, il faut bien se rabattre sur les lieux de drague en plein air.

      Supprimer
  5. WAOUH quel excitant récit!!!!!
    Le genre de témoignage où lm'on voudrait être soi-même l'un des acteurs!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, ce n'est pas trop compliqué d'être acteur dans un plan comme celui-là si on connait un parc ou un parking où on peut draguer le soir.

      Bonne soirée - bisous.

      Supprimer