mardi 4 novembre 2014

Une semaine où maman n'était pas là


Quand je lis les messages de Benje, Melvin, Jeff, et d'autres, je me dis qu'ils ont eu beaucoup de chance d'arriver aussi jeune à séduire un mec et à s'amuser avec lui. Ce qui me fascine encore plus, c'est quand ils disent qu'ils n'ont rien dû faire pour cela si ce n'est se montrer très réceptifs aux propositions qui leur étaient faites, à l'exemption sans doute de Benje qui n'en a retiré aucun plaisir. De mon côté, je n'ai jamais eu cette chance mais ça ne m'aurait pas déplu d'être à leur place. Ce n'est pourtant pas que je n'ai pas essayé. A bien y penser, je dois reconnaître que je ne suis égaré en me focalisant trop sur la mauvaise personne et que j'aurais plutôt dû être plus attentif aux autres hommes qui auraient pu être plus sensibles à mes avances. A moins que je ne m'y soit très mal pris avec mon papa. Mais on ne refait pas le monde.

************
En novembre 1997, ma mère s'est absentée pendant une dizaine de jours pour aller s'occuper de sa sœur qui s'accouchait à Kinshasa de mon jeune cousin. J'aurais préféré aller au Congo avec ma mère plutôt que d'aller au collège mais d'un autre côté j'étais très heureux de rester seul avec papa. J'étais bien résolu de profiter de cette occasion d'être seul avec papa pour réaliser mes fantasmes naissants, voir papa nu, découvrir enfin le gros sexe qu'il cachait sous son slip, le toucher, le voir bander, se masturber et jouir, puis m'endormir nu dans ses bras avec mon sexe collé contre le sien. Mes fantasmes n'allaient pas beaucoup plus loin à cette époque où je commençais à peine à découvrir les plaisir de la branle et de l'éjaculation.

Ainsi, dès le premier soir où nous étions seuls tous les deux, j'ai demandé à papa si je pouvais dormir avec lui. J'ai essayé de le convaincre en lui disant qu'il n'avait pas l'habitude de dormir tout seul, que maman allait certainement lui manquer et qu'il se sentirait moins seul si je dormais avec lui. Il m'a répondu que j'étais très gentil mais que je ne pas m'en faire pour lui, qu'il avait longtemps dormi tout seul avant de rencontrer ma mère et que ça ne le dérangeait pas de se retrouver célibataire. J'ai alors tenté un autre argument en lui disant que ma mère me manquait et que son absence serait moins difficile à supporter si je pouvais dormir avec lui et me blottir dans ses bras. Il m'a répondu que j'étais trop vieux pour faire le bébé, que la nuit était faite pour dormir et que ma mère ne manquerait pas pendant que je dormirai. Il a ajouter que, si c'était le cas, je n'avais qu'à rêver d'elle. Bref, c'était mal parti pour réaliser mes plans.

La nuit portant conseil, le lendemain j'avais un autre plan. Je me suis mis en pyjama après le dîner, comme je le faisais toujours, mais pendant que je regardais la télé couché sur le canapé, j'ai commencé à me caresser le sexe en espérant que cela allait émoustiller papa. Comme papa ne réagissait pas, j'ai mis ma main dans le pyjama pour tripoter mon sexe mais papa n'a rien vu ou a fait semblant de ne rien voir. Quand il a été l'heure que j'aille dormir, ma bite toute raide pointait dans mon pyjama mais papa n'a fait aucune remarque. J'ai été bon pour me branler seul dans ma chambre avant de m'endormir. Papa n'a-il vraiment rien remarqué ou m'a-t-il vu et n'a-t-il rien voulu dire ? Je n'en sais rien mais j'espère que, s'il m'a vu, ça l'a quand même un peu émoustillé et qu'il s'est lui aussi branlé quand il s'est retrouvé seul dans sa chambre. A ce moment-là, je dormais déjà et je n'ai donc pas pu l'espionner pour vérifier ce qu'il en était. A l'époque, je n'ai même pas eu l'idée d'envisager que mon papa aurait pu lui aussi se branler.

J'ai remis ça les jours suivants sans que papa réagisse le moindre du monde. Pourtant, je n'étais pas discret. A force de me tripoter sous le pyjama sans succès, j'ai décidé de passer à la vitesse supérieure. Après m'être touché sous le pyjama, j'ai sorti mon sexe et j'ai commencé à me branler avec l'intention de me faire jouir sous les yeux de papa. C'est alors qu'il a enfin réagi en me demandant ce que je faisais et, sans me laisser le temps de répondre, il m'a sermonné en me disant que mes manières n'étaient pas convenables, que ce n'étaient pas des choses à faire en public. Je lui ai répondu :
- On n'est pas en public. Il n'y a personne.
- Ah non ? Je ne suis personne ?
- Si mais ce n'est pas grave, tu es mon papa.
- Ce n'est pas parce que je suis ton papa que tu peux faire ça devant moi.
- Justement si. Il faut que je te montre quelque chose. Je crois que je suis malade.
- Tu m'en as tout l'air d'être malade !
- Si je t'assure, il y a quelque chose qui ne va pas.
- Ah oui ? Et qu'est-ce qu'il y a qui ne va pas ?
- Et bien regarde, j'ai le zizi qui est tout gonflé et tout dur et en plus ça me gêne, c'est tout chaud, ça chatouille, je ne sais pas t'expliquer mais je crois que j'ai une inflammation. Je ne sais pas comment j'ai pu attraper ça.
Là-dessus, papa m'a répondu en riant que j'avais trop joué avec et que j'avais dû me faire une luxation.
Je lui ai répliqué que je ne voyais pas ce qu'il y avait de comique, que j'étais très sérieux et que j'avais quelque chose de mauvais. J'ai ajouté :
- La preuve que j'ai dû attraper une infection c'est qu'il y a même du pus qui en est sorti hier soir.

Papa s'est mis à rire de plus belle et il m'a dit :
- Mais non, ce n'était pas du pus, c'était du sperme. C'est la preuve que tu deviens un homme. C'est loin d'être une maladie, c'est au contraire la preuve que tu es en bonne santé. Tous les hommes ont ça à partir d'un certain âge.

J'ai fait l'innocent car je me branlais régulièrement depuis le début de l'été et j'avais eu le temps de comprendre ce qui m'arrivait :
- Tu es sûr de ce que tu dis ? Tu ne dis pas ça pour me rassurer.
- J'en suis certain. Ce qui t'arrive arrive à tous les hommes normalement constitués.
- A toi aussi, ça t'arrive ? Tu as aussi le zizi qui devient tout dur puis ce le truc blanc épais comme du pus qui sort dehors.
- Bien sûr, sinon tu ne serais pas ici pour en parler.
- Tu me montres ?
- Te montrer quoi ?
- Ton zizi tout dur et le truc blanc qui sort dehors.
- Non.
- Si ! Montre-moi sinon je ne te crois pas.

Malgré mon insistance, papa n'a pas voulu me montrer mais il s'est lancé dans de grandes explications sur la sexualité et la reproduction avec les spermatozoïdes des hommes et les ovules des femmes, etc.

Après ses explications, je lui ai dit que c'était quand même très gênant d'avoir le pénis en érection, que ça démangeait très fort. Il m'a répondu que je devais me masturber quand ça me démangeait trop, mais que je devais toujours le faire discrètement quand j'étais tout seul. Je lui ai demandé de me montrer comment il fallait faire. Il m'a répondu que j'allais très vite savoir comment faire sans que personne n'ait besoin de me montrer. Il avait bien sûr raison. Je ne l'avais d'ailleurs pas attendu pour me branler allègrement depuis plusieurs mois. Mais, ce qu'il devait être loin de savoir, c'est que ses explications sur la copulation allait faire naître en moi l'envie de me faire féconder par lui, et réciproquement de le féconder, par le seul trou masculin qui me semblait le plus approprié pour cela.

Après cet épisode, j'aurais dû comprendre que je n'avais rien à espérer de mon père sur le plan sexuel mais je n'ai pas arrêté de le tanner jusqu'au retour de ma mère pour qu'il me montre sa bite en érection, son sperme et comment il se masturbait. malheureusement, sans succès.

Après ce cuisant échec dans ma tentative de séduire papa, j'aurais dû comprendre que c'était peine perdue de fantasmer sur lui et m'intéresser davantage à d'autres hommes qui auraient eu moins de scrupules à répondre à mes demandes. Qu'en pensez-vous ?

Je vous souhaite une bonne journée.

18 commentaires:

  1. ton expérience a été entre l'érotisme et le comique.
    Évidemment, tu ne pouvais pas espérer que ton père toi montrait la crème de famille. Je imagine son embarras. T'as fait ton tentative, mais en vain.

    Peux je te dire une chose, en toute honnêteté? Je préfère lire d'histoires de choses qui se sont passées vraiment, plutôt que de fantasmes.

    en fin: la dimanche dernier, je rencontrai les frères jumeaux (hétérozygotes), à la fois homosexuel et incestueux. Ils se sont isolés avec un tiers à faire du sexe! Fantastique!

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Steve.

    A l'époque, si je le croyais. Je n'ai compris que plus tard que c'était irréaliste. La plupart des pères auraient réagit de la même façon que le mien.

    Tu peux bien sûr me dire que tu préfères les choses qui se sont réellement passées plutôt que les fantasmes mais je crois que les fantasmes sont eux aussi important dans notre vie sexuelle. En ce qui me concerne, je pense souvent à mes fantasmes quand j'ai une relation sexuelle avec quelqu'un. Ils me stimulent. Et toi, tu n'as pas de fantasmes ?

    Le tiers avec lequel les jumeaux se sont isolés, c'était toi je suppose.

    Bonne journée - Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi Moi j'en ai énormément de fantasmes tu sais ...

      Supprimer
    2. Merci, Hauts-Maux.
      Je suis heureux de faire la connaissance de quelqu'un qui a aussi beaucoup de fantasmes. Tu peux nous en raconter quelques uns si tu veux :)

      Supprimer
  3. il est vrai que les phantasmes sont importants, mais je préfère les réaliser directement! Au moins celles sexuelles!
    mes fantasmes sont plus romantiques et liés à un contact physique et d'affection. Par exemple: je aime bien m'endormir en imaginant qu'un bel homme me serra dans ses bras.

    Le tiers n'était pas moi, autrement je l'aurais dit tout de suite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage que le tiers n'était pas toi. Ca t'aurait certainement beaucoup plus.

      Je m'en vais vite travailler. Bonne journée à toi.

      Supprimer
    2. Je n'ai eu aucun plaisir à sucer mon grand-père car il ne m'attirait pas. Je le voyais à l'époque comme un vieux un peu gras et franchement peu appétissant. Et puis c'était mon grand-père ça me rebutait un peu. Peut être aurais-je plus apprécié s'il avait été mieux physiquement qui sait ?

      Supprimer
    3. C'est bien ce que j'avais compris, c'est pourquoi j'ai ajouté dans ma présentation que ça ne t'avais pas plu. Je comprends très bien tes raisons.
      Je dois aussi ajouter qu'à cet âge-là je ne pensais pas à sucer la bite des hommes, ça m'aurait sans doute rebuté aussi. Je ne pensais qu'à voir leur bite, les voir se branler et juter.
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  4. Je ne crois pas que beaucoup de pères auraient donner une suite positive à tes intrigues.
    Moi-même, je n'aurais pas agi autrement. Tu étais beaucoup trop jeune pour envisager quoi que ce soit de sexuel avec toi. Si tu avais rejoué le même scénario quelques années plus tard, j'aurais alors pu donner une suite plus favorable.
    Voilà encore une bonne idée pour un jeu de rôle que je pourrai jouer maintenant avec toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si je rejouais le scénario avec mon papa aujourd'hui, il n'y donnerait pas suite. Il n'est pas du tout gay.
      Mais avec toi, pourquoi pas ?
      Ca va nous en faire des jeux de rôles à faire, on sera complètement vidés à la fin du weekend :)

      Supprimer
  5. Je n'aurais jamais pu à cet âge là faire des avances à un adulte quel qu'il soit, même si je savais déjà être homo. Trop risqué pour moi.
    Je n'était plus vierge depuis longtemps (dépucelé à 16 ans) quand j'ai sucé puis enculé mon père à l'âge de 25 ans. J'ai profité d'une faiblesse de sa part pour lancer la chose. Il était un peu bourré à la suite d'une fête et cela a bien fonctionné. Et il m'a sucé et enculé lui aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Florian pour ton témoignage.
      Si tu souhaites nous raconter plus en détail ta relation avec ton père, comment ça s'est passé, comment il a réagi après avoir dessoûlé, s'il y a eu des suites par après, ou ton dépucelage quand tu avais 16 ans (par un homme mature ?), tu peux m'envoyer ton récit (zobadada@gmail.com).
      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
    2. Salut ZoàDada,
      En ce qui concerne mon dépucelage à 16 ans c'était avec un copain du même âge qui était puceau lui aussi. J'avais juste eu un peu de touche pipi avant lui. C'était bien alors nous avons recommencé d'autres fois par la suite. Nous avons aussi connu d'autres mecs chacun de notre côté.
      Pour mon père il était allé à une fête en l’absence de ma mère qui était en voyage. Malgré que j'avais 25 ans je vivais encore chez mes parents (jusqu'à mes 30 ans). Mes parents savaient que j'étais homo.
      Papa est rentré bourré. Heureusement il n'a pas eu à conduire, la fête étant dans le village où nous habitions. Je l'ai aidé à se déshabillé et à se mettre au lit. J'en ai profité pour toucher sa queue que je savais grosse. Il a bandé, mais malgré l'alcool ingurgité il était capable de comprendre ce que je faisais. Et il m'a fait remarquer que je touchais sa queue (à travers le caleçon). Je lui fait remarquer qu'il bandait. Il m'a répondu sur un ton trahissant sa saoulerie : "je dois être pédé comme toi, alors !". Et on s'est roulé une pelle et le reste a suivi. Je n'aurais jamais cru ça possible, merci l'alcool.
      Le lendemain, nous nous sommes réveillés ensemble dans le même lit. Malgré son mal de crâne, il se rappelait de tout ce qui s'était passé. Cela ne l'a pas traumatisé pour autant, il a adoré. En fait, à l'époque où j'ai fait mon coming out j'avais 21 ans et papa m'avait expliqué que quand il était adolescents il lui est arrivé de se branler réciproquement avec des potes mais s'en aller plus loin.
      Alors le soir où il est rentré bourré j'en ai profité. Et cela a marché. Nous l'avons refait quelques fois par la suite mais plus depuis que je n'habite plus chez mes parents. J'ai un copain maintenant et il ne sait pas que j'ai baisé avec mon père. A ma connaissance papa n'a pas de relation gay en dehors de ce que nous avons fait. On en parle jamais.

      Supprimer
    3. Merci beaucoup pour toutes ces précisions, Florian. C'est très sympa de ta part.
      D'après ce que tu racontes, ton père était un peu prédisposé pour ce genre de relations avec un autre homme. Que ce soit son fils qui lui ait offert l'opportunité ne l'a apparemment pas dérangé. C'est super !!!
      Bonne nuit - Bisous

      Supprimer
  6. juste un commentaire: les deux phots en noir et blanc sont magnifique. Romantiques et homo-érotiques, mélange de tendresse et de force en herbe. merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton appréciation concernant le choix des photos en noir et blanc. Il est vrai que le noir et blanc apporte souvent un plus aux photos.

      Supprimer
  7. Encore un merveilleux récit que tu illustres magistralement!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mister. J'essaierai de faire aussi bien la prochaine fois.

      Supprimer