mercredi 17 décembre 2014

Ma première visite au Cruising Bar


 Après vous avoir raconté comment j'avais découvert la drague au parc et dans quelles circonstances j'avais fait la connaissance de Marc, voici le récit de ma première visite dans un Cruising bar à un moment où, en réalité, je n'en avais pas particulièrement envie.


 Après ma rencontre avec Marc, j’étais comme sur un petit nuage, convaincu d’avoir trouvé l’Homme de ma vie, mon papa de substitution, celui avec qui j’allais pouvoir faire tout ce que j’aurais souhaité faire avec mon papa.

Il m’avait dit que je pouvais passer chez lui quand je voulais, je l’ai pris au mot et j’y suis retourné tous les soirs pour passer la lui avec lui, baiser dans toutes les positions et m’endormir dans ses bras. Le weekend était la seule ombre à ce nouveau bonheur. J’étais triste de le quitter le vendredi matin pour ne le retrouver que le dimanche soir.

Il semblait lui aussi très amoureux et comblé par notre relation mais je percevais parfois une vague de tristesse sur son visage. Quand je lui demandais pourquoi il était soudain si soucieux, il me répondait qu’il n’y avait rien, qu’il était très heureux avec moi. Il ajoutait parfois qu’il était « trop » heureux et que ça lui faisait peur, évoquant les paroles d’une chanson disant que « les histoires d’amour finissent mal en général ». Il avait surtout peur de la différence d’âge entre nous, pensant qu’un jour ou l’autre je le quitterais pour quelqu’un de plus jeune. Il craignait aussi que je me lasse de lui, d’une relation un peu trop exclusive et finalement monotone. J’avais beau essayer de le rassurer, mais en vain. Ses craintes étaient récurrentes :
- Un garçon comme toi doit avoir besoin de plus au niveau sexuel que le traintrain quotidien d’un couple. Ne me dis pas le contraire, j’ai vu comment tu prenais ton pied au parc. C’est vrai que le parc n’est pas très actif en hiver, mais il n’y a pas que le parc pour faire des rencontres sexuelles.

C’est ainsi qu’il en est venu à me parler des clubs privés dans lesquels il était possible de faire des rencontres sexuelles entre mecs et qu’il m’a proposé de me les faire découvrir. J’étais sceptique. Je me sentais bien avec lui et n’avais nullement envie de baiser avec quelqu’un d’autre. Je ne comprenais pas qu’il puisse en douter et me demandais même s’il m’aimait autant que je le croyais. Il m’a alors dit que si je l’aimais autant qu’il m’aimait mon amour pour lui résisterait aux parties de sexe que nous aurions avec d’autres et qu’il était convaincu que nous nous en aimerions encore davantage. J’avoue que sur le moment, je n’ai pas tout compris de ses arguments.

Il m’a donc entraîné dans le quartier le plus chaud de la vie nocturne de la ville, là où les étudiants vont régulièrement faire la fête. Nous nous sommes arrêtés devant un établissement où la porte, surmontée d’un drapeau arc-en-ciel, était éclairée. Il a sonné et quelques secondes plus tard, la porte s’est ouverte sur un couloir où nous sommes entrés. Au bout du couloir, il y avait un vestiaire où nous nous sommes débarrassés de nos manteaux avant d’entrer dans le bar. Il y avait là un grand comptoir ovale autour duquel étaient attablés plusieurs hommes de tous les âges. Le serveur s’est approché de nous, il a salué Marc qui m’a présenté à lui. Le premier verre était offert par la maison en signe de bienvenue. J’ai pris une bière, Marc aussi. Le serveur a un peu parlé avec nous, voulant savoir d’où je venais, ce que je faisais comme études, si j’avais déjà découvert d’autres bars gays. Quand je lui ai dit que je ne connaissais que le parc, il m’a répondu que son établissement était plus approprié pour les rencontres que le parc, que c’était à l’abri des intempéries et beaucoup plus sûr car on pouvait faire de très mauvaises rencontres au parc.

Le bar en lui-même était assez calme. Hormis les fresques érotiques aux murs et les téléviseurs diffusant des films pornos gays, ce n’était pas très différent des autres bars dans lesquels on pouvait entrer sans sonner. J’ai toutefois pu constater très vite qu’il y avait beaucoup d’allers et venues vers une porte au fond du bar qui était sensée être celle conduisant vers les toilettes. J’ai compris qu’il devait y avoir derrière cette porte ce qui correspondait aux buissons du parc. J’en ai la confirmation quand, après avoir bu notre verre, Marc m’a invité à faire le tour. Derrière la porte, il y avait un couloir. A droite de ce couloir, les toilettes avec des hommes attendant sans doute un partenaire. A gauche, un autre couloir avec, d’un côté, un escalier descendant vers la cave, de l’autre, des cabines munies de glory holes. C’est par là que nous allons. Il n’y a personne à part un homme d’une trentaine d’année qui attend appuyé contre le mur et qui s’introduit dans une cabine en nous voyant arriver. Nous passons outre et tournons à droite pour nous retrouver au fond du premier couloir où se trouvent des cabines dont une avec des ‘’instruments de torture’’ et des escaliers descendant eux-aussi vers la cave. Nous débouchons sur un couloir. A droite, une pièce sombre sans porte. Nous y entrons en marchant à tâtons et nous heurtons à des mecs. Il faut un peu de temps pour que mes yeux s’habituent à la pénombre avant que je puisse distinguer les pantalons baissés de trois hommes qui se masturbent mutuellement. Un autre s’approche de moi par derrière et porte sa main sur ma braguette. Je demande à Marc si on peut continuer la visite. A côté de la pièce que nous venons de quitter, il y a une porte. Marc l’ouvre sur un petit local où un homme couché sur un sling se fait enculer par un autre sous le regard d’un troisième attendant sans doute son tour en se branlant. Au bout du couloir, un homme attend en caressant son sexe à travers le tissu de son jean. Nous tournons vers la droite pour découvrir d’autres petits locaux sans porte où des hommes peuvent sans doute aussi se retrouver pour baiser mais qui sont vides au moment où nous passons. En tournant de nouveau à droite, nous retrouvons les escaliers montant vers les glory holes. Après ce premier tour de reconnaissance, nous rejoignons le bar où nous commandons une bière. Marc me demande ce que je pense de l’endroit, si ça me plait autant que le par et si j’ai envie d’y rester pour un plan cul. Je lui réponds que c’est un bon substitut en période hivernale mais que je préférais rentrer pour me retrouver en toute intimité avec lui. Nous décidons alors de terminer notre verre et d’ensuite retourner chez lui. Avant que nous n’ayons fini, un homme d’une cinquantaine d’année, en costume cravate, entre. Il parcourt le bar du regard et, voyant Marc, il se dirige vers nous. Mon ami fait les présentations, il s’appelle Jean-Pierre, se dit enchanté de faire ma connaissance et nous offre un verre. Tout en faisant la conversation, il ne cesse pas de me regarder. Le bonhomme n’est pas déplaisant mais j’ai hâte de me retrouver seul avec mon amant qui se sent obligé de lui proposer un autre verre. Je ne suis pas habitué à boire et je demande un Perrier. Après une heure de discussion, Jean-Pierre nous propose d’aller terminer la soirée chez lui. Je prétexte une journée chargée le lendemain, ce qui est vrai, pour esquiver l’invitation. Il n’insiste pas en nous disant que son invitation est valable pour un autre jour qui me conviendrait mieux et que nous pourrions même aller dîner chez lui un soir. Marc promet de le contacter prochainement pour fixer une date et nous le quittons pour enfin rentrer chez nous.

Il est passé une heure du matin lorsque, après une toilette rapide, nous nous retrouvons au lit dans les bras l’un de l’autre, à nous embrasser et nous caresser. Marc est plus chaud que jamais, il me fait l’amour divinement, son sexe en moi et sa main sur mon sexe. Nous jouissons ensemble puis nous nous endormons en restant emboîté l’un dans l’autre.

 Si vous le souhaitez, je vous raconterai la prochaine fois comment s'est passée la soirée chez Jean-Pierre.


Passez une bonne journée !

14 commentaires:

  1. Bonjour Damien

    Superbe récit que tu nous offres là

    Tu sais mettre tous mes sens en éveil avant de partir au travail

    Bonne journée merci pour ton message

    A bientôt - Bisous bel Homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Melvin.

      Merci pour ton appréciation. Je suis heureux de mettre tes sens en réveil dès le matin. Ce récit n'est pourtant pas très sexe car la première fois où j'ai visité ce bar j'avais d'autres envies que les plaisirs sexuels qu'on pouvait trouver dans ce genre d'établissement.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  2. Un très sympathique récit que tu nous offres en ce jour!
    Une journée que je te souhaite belle, bonne et sexe ;-)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mister Opti-mix-tic.

      Merci d'avoir apprécié ce récit. La journée est belle et bonne, mais il n'y a pas de sexe au programme de ce soir car je vais travailler de 20 à 23 heures.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
    2. Bon courage pour ton taf de 20 à 23h!

      Bonne soirée!

      Bisous

      Supprimer
    3. Merci beaucoup, Mister Opti-mix-tic.

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  3. la premer foi que je suis allé chez le gay club où je vais maintenant, je me suis senti dans mon élément!
    les premiers fois que j'allais, je me sentai comme dans une porn video un j'étais un des acteurs! magnifique!!!
    Je pourrai en conter plus, mais ce soir je suis fatigué, donc pas du force!

    mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.com/2014/12/santa-claus-gay.html

    bonsoir!
    http://menforxersex.blogspot.com/2014/12/santa-claus-gay.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Xersex.

      D'après la description que tu m'en as faite, ton club gay doit être beaucoup plus chaud que le mien. Encore que la première fois où j'y suis allé, c'était en semaine et donc beaucoup plus calme que le weekend. En plus, je n'étais pas trop dans un état d'esprit permettant de profiter au maximum de tous les plaisirs qu'il pouvait offrir.

      Bonne soirée - Bisous.

      Supprimer
  4. michel69villefranche@msn.com17 décembre 2014 à 22:07

    oui bine sur que je veux la suite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Michel.Ce sera pour bientôt...

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé, Sylvain, une erreur de manipulation explique la suppression de ton message. Je le remets ci-dessous :

      "Sylvian a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Ma première visite au Cruising Bar" :

      J'adore les bordels à mecs. Avec mon frangin ou des potes on y va chaque foi qu'on peux. Mais il faut faire plus de sent bornes pour y allé parce que il y en a pas l'a ou j'habite."

      Hélas, nous n'avons pas tous la chance d'habiter près de tels établissements. Dans mon bled, il n'y en a pas non plus. J'ai découvert celui-ci dans la ville où j'ai fait mes études. C'est vrai que pour les plaisirs purement sexuels, c'est le pied. Je comprends que vous y alliez chaque fois que vous pouvez, surtout avec ton frère qui me semble être une vraie salope :)

      Bonne journée - Bisous.

      Supprimer