vendredi 30 octobre 2015

Jerôme et Iarleath, 15 ans de différence et tout va bien


Si vous êtes un habitué du blog et si vous lisez régulièrement les commentaires, vous connaissez le couple Corentin-Philippe dont nous avons régulièrement des nouvelles.

Voici pour ceux qui ne le connaissent pas le témoignage que Jerôme a confié à Corentin dans les commentaires de l'article du mardi 7 avril 2015.
J'ai à peu près le même âge que votre ami Philippe (j'ai 41 ans) et Iarleath (mon amoureux) est à peine plus vieux que vous (26). Vous comprenez pourquoi je m’intéresse à votre histoire. Je vais vous raconter la mienne que je dois à ma fille.

J'ai 41 ans mais ma fille, Manon, à 24 ans. Oui, je l'ai eu très jeune, à 17 ans, et sa mère était encore plus jeune, 16 ans. Nous avons posé pas mal de problèmes à nos parents à l'époque, mais tout avait trouvé solutions.
Par la suite, une évidence s'est imposée à moi, j'étais attiré par mes semblables masculins. Et depuis longtemps je vis en tant qu'homosexuel déclaré. Ma fille est parfaitement informée de cela et ce n'est pas un problème pour elle.

Manon et son fiancé Alex ont décidé avec plusieurs amis de se faire une soirée ensemble pour le réveillon du nouvel an dernier. Ce sont Manon et Alex qui organisaient tout mais en partageant les frais (local, déco, nourriture, musique) avec les différents participants. C'est pourquoi, ils s'y étaient pris très en avance.
Manon voulait que je vienne à cette soirée car elle souhaitait me présenter certains de ses amis que je ne connaissais pas encore. J'ai refusé car, comme chaque année depuis une dizaine d'années, je passe le réveillon du nouvel an chez mes amis Bernard et Jean-Yves, un couple de papis homo qui sont ensemble depuis plus de 30 ans. Ils ont l'habitude chaque année d'inviter leurs amis les plus proches, hétéros comme homos, pour le repas de réveillon. Nous sommes donc toujours les mêmes 16 personnes à table chaque année. C'est assez sympa malgré tout et cela a l'avantage de finir tôt. En général à une heure du matin tout le monde plie bagages et rentre chez soi se coucher. Comme je suis un des plus jeunes des 16, vous comprendrez que finir tôt me permet d'aller dans des lieux plus réjouissants après. Mais Manon et Alex m'ont fait promettre de passer après le repas chez mes amis. Comme je ne peux rien refuser à ma fille avec qui je suis très proche, j'ai dit oui.

Quand je suis arrivé, plusieurs amis de ma fille sont venus me saluer (j'ai toujours été cool). Manon m'a ensuite présenté à deux garçons et une fille que je ne connaissais pas encore. Puis surtout, un autre mec et sa sœur sont venus se présenter à leur tour. Manon était toute excitée de me les présenter. J'ai vu arriver un beau grand gaillard large d'épaule avec un sourire à tomber, une couleur de cheveu que j'avais du mal à définir (genre blond foncé presque châtain avec des reflets comme légèrement roux, qui me sera confirmé plus tard par la couleur des poils pubiens plus orangés que les cheveux) et des yeux clairs qui semblaient être vert. Un superbe beau mec, j'étais déjà très attiré.

Manon me les a présentés en tant que Iarlaith (prononcez Yarliss) et Siobhan (prononcez Chevonn). J'apprends qu'ils sont franco-irlandais d'où les prénoms qui ne se prononcent pas de la manière dont ils s'écrivent. Leur père est irlandais et leur mère est française, mais toute la famille vit en France. Ils ont une sœur plus jeune mais qui n'est pas présente à la soirée. Nous avons discuté un moment ensemble puis les filles sont reparties s'amuser. Iarlaith est resté avec moi et a lancé le sujet du rugby. Ma fille lui avait dit que j'adorais le rugby. J'apprécie, ça c'est vrai, mais sans être un gros fanatique. Par contre, Iarlaith, comme tout bon irlandais qui se respecte, est intarissable sur le sujet. J'ai eu du mal à le faire changer de sujet.

Iarlaith ne me quittait plus et m'a parlé à ma demande de sa famille dont j'avais compris qu'elle était importante pour lui. Il travaille d'ailleurs avec son père. En fait, comme j'ai pu le constater depuis, c'est toute la famille qui est comme ça. Ils sont tous très fortement liés. J'ai pu constater qu’Iarlaith possède des valeurs qui lui ont été apportées par ses parents et qui font de lui un mec vraiment agréable et intéressant en plus d'être intelligent. Petit à petit, Iarlaith a commencé carrément à me draguer. D'abord par de petites allusions puis plus explicite. Cela me plaisait bien mais je ne voulais pas lui montrer trop ouvertement.

Je suis sorti fumer une cigarette et Iarlaith m'a suivi. Là, il m'a carrément demandé s'il me plaisait et s'il avait une chance avec moi. J'étais stupéfait de son aplomb très direct surtout à la soirée de ma fille. Je n'étais pas venu pour cela, même si le jeune homme ne me laissait pas indifférent. Finalement, vers quatre du matin, j'ai emmené Iarlaith chez moi où il n'est reparti qu'en fin d'après-midi le 1er janvier. Depuis cette date, nous sommes officiellement un couple. On ne vit pas ensemble pour l'instant mais on se voit pratiquement tous les jours. Manon a su au bout de trois jours pour ma relation avec Iarlaith (elle a posé la question). Iarlaith m'a présenté au reste de sa famille seulement une dizaine de jours après le début de notre relation. Je trouvais que c'était trop rapide mais Iarlaith a dit que quand on est sûr de soi, il n'y a aucune raison de repousser. C'est tout lui, toujours très sûr de lui. C'est un mec génial, j'ai beaucoup de chance. Il a une très belle personnalité. Il est aussi très franc et très fier de ce qu'il est. Ce sont les valeurs enseignés par son père et les valeurs du rugby. Grâce à ça, il a fait son coming out à ses parents alors qu'il venait à peine d'avoir 15 ans.

Sa fierté et sa personnalité se voient d'ailleurs dans les tatouages qu'il a sur le corps. Sur le bras gauche il a une inscription où est écrit ‘Proud to be a man’, ‘Proud to be gay’, ‘Proud to be franco irish’, réparti sur trois lignes et avec un genre de logo en couleurs mêlant le drapeau gay, le drapeau français et le drapeau irlandais. Dans le dos, il a un tatou où est écrit en lettres stylisées ‘Life of Honesty’. Tout cela agrémenté de tatouages représentant les symboles irlandais (trèfle, harpe celtique et croix de Sainte Brigitte), les symboles français (le coq gaulois, le buste de Marianne) et les symboles gays (le sigle de deux ronds avec chacun une flèche qui représentent un homme avec un homme et le symbole Equality (je ne connaissais pas) soit deux traits horizontaux parallèles.
Tout cela dépeint bien sa personnalité. C'est ce qui me séduit chez lui. Et le fait qu'il soit très beau, baraqué et quand même très doux.

J'espère que notre relation va durer éternellement.


Si vous souhaitez aussi témoigner sur ce blog de vos relations ou de vos fantasmes avec un homme de votre famille, ou avec un homme plus âgé ou plus jeune que vous, qui pourrait être votre père ou votre fils, vous pouvez m'envoyer un message à l'aide du formulaire qui se trouve à droite ou du lien E-mail qui se trouve sur mon profil Blogger.


Bonne journée à tous !

9 commentaires:

  1. C'est sympa leur histoire. Je l'avais déjà lu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, dans les commentaires, comme les visiteurs réguliers du blog :)
      Je remets les témoignages intéressant en articles pour ceux qui ne lisent pas les commentaires.

      Bisous.

      Supprimer
  2. Il se ressent bien que Jérôme a été séduit par Iarlaith. Être présentés au cours d'une soirée organisée par sa propre fille n'est pas une circonstance courante. Mais j'ai un ami qui a pourtant bien rencontré son compagnon actuel dans le groupe d'amis de son fils.
    Dans la façon dont Jérôme décrit Iarlaith et sa personnalité, il est évident qu'il est complétement séduit.

    Séduit, c'est ce que j'ai été moi aussi lorsque j'ai rencontré l'homme que je considère aujourd'hui encore comme l'amour de ma vie bien que notre relation est terminée.
    Il y a des différences avec Jérôme et Iarlaith puisque ceux-ci étaient homos avant leur rencontre, alors que moi ce que je connaissais de l'homosexualité, c'était juste des parties de masturbation avec des copains quand j'avais 12-13 ans voire 14. Et encore sans que l'on se touche. Je ne voyais d'ailleurs pas cela comme de l'homosexualité et je n'avais pas d'attirance pour les copains qui se masturbaient à mes côtés.
    Après j'ai eu des petites amies et j'ai trempé mon biscuit avec certaines. Ensuite, j'ai rencontré ma femme, je me suis marié et je suis devenu père. Classique quoi !
    Et puis j'ai rencontré Régis lorsque j'ai fait faire des travaux pour remettre à neuf les locaux de mon magasin. Je suis souffleur de verre (comme mon père, c'est lui m'a formé) et j'expose et vends ce que je fabrique dans mon magasin qui jouxte mon atelier.

    Régis travaillait dans l'entreprise qui m'a fait les travaux. Pour diminuer le coût, j'avais choisi cette entreprise car elle faisait tout, électricité, maçonnerie, plomberie, etc. Régis était là pendant toute la durée des travaux. J'ai été séduit d'entrée par ce mec. Par sa personnalité d'abord, puis plus tard physiquement. J'ai rien compris à ce qui m'arrivait.
    Il était jovial, marrant et nous nous découvrions des points communs presque chaque jour. En plus il s'intéressait à mon travail. On a vraiment sympathisé et on est resté en contact après la fin des travaux. Pour lui, ce n'était pas désintéressé mais je n'avais pas compris qu'il était homo.
    C'est quand j'ai commencé à me sentir attiré par son physique que je me suis posé des questions sur moi même. Il s'en ait aperçu et un jour a osé m'en parler. J'étais très mal à l'aise et il m'a laissé le temps de réflexion. Et puis c'est parti entre nous. Il m'a fait découvrir un univers inconnu et même des sensations et des parties de mon corps que je ne connaissais pas. Notre relation est restée cachée pendant plus d'un an avant que je décide de quitter ma femme qui se doutait de quelques choses.
    Il m'a quitté 4 ans plus tard, d'un seul coup et je ne sais pas pourquoi. Je n'ai rien vu venir. J'ai appris plus tard qu'il avait quitté le département.
    Je n'allais pas me remettre avec ma femme et j'avais pris goût au sexe avec un mec, donc je suis resté homo. Je n'ai pas retrouvé de mec avec une relation aussi forte mais j'en ai eu quelques une qui ont durées quelques temps.
    Mais j'apprécie aussi les rencontres furtives entre mecs qui donnent du piquant au sexe et qui font la différence avec les relations hétérosexuelles où ce genre de relation furtive n'arrive pas souvent.

    Voilà mon histoire
    Bonsoir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nathaniel,

      Je te remercie pour ce beau témoignage. La fuite (je ne trouve pas d'autre mot) de Régis vers un autre département sans te prévenir et sans donner aucune raison est très étrange. Je ne comprends pas non plus ce qui peut expliquer un tel comportement, surtout après une relation de quatre ans. Quand un homme ne nous aime plus ou quand il y a quelqu'un d'autre dans sa vie, il y a des indices qui permettent d'avoir la puce à l'oreille. Et, si on est aveugle sur le moment même, quand on y repense après son départ, on se dit qu'on aurait dû le comprendre. Ce n'est pas le cas ici.
      Je me demande si d'autres gars ont connu une telle mésaventure.

      Bon weekend - Bisous.

      Supprimer
    2. Bonsoir,
      En fait, Régis, avec qui je n'habitais pas, m'a plaqué d'abord et a quitté le département un mois plus tard.
      Si on habitait pas ensemble, on se voyait presque tous les jours chez lui ou chez moi. J'avais les clés de son appartement et il avait un double de clés du mien.
      Un soir, il m'a rendu mes clés et m'a demandé les siennes en m'annonçant que c'était fini. Il a récupéré ses affaires qu'il laissait chez moi aussi. Deux jours après, il m'a ramené un carton avec mes affaires que j'avais chez lui. J'ai demandé des explications, il n'a rien voulu dire et s'est même mis en colère. Ce n'était pas la peine d'insister. Je pensais pouvoir remettre cette explication à plus tard mais c'est la dernière fois que je l'ai vu. Trois mois plus tard j'ai su qu'il avait démissionné de son travail dans les mêmes jours où il m'a plaqué et qu'il a quitté son appartement dans le mois qui a suivi pour partir pour un autre département. Mais personne n'avait l'air de comprendre pourquoi et ne savait pas non plus où il était parti exactement. Même son grand ami, Manuel, qui est devenu un de mes amis , n'était au courant de rien.
      C'est bizarre mais c'est comme çà. Avec Manuel, on en parlait souvent et on a échafaudé des théories, loufoques pour certaines, à cause de la soudaineté de cette décision. Il faut dire que la semaine précédente, Régis et moi projetions un voyage en Thaïlande qui n'a pas eu lieu du coup. On avait donc des projets.
      Finalement avec Manuel on a fini par ne plus se poser de questions.
      J'espère seulement qu'il va bien.

      Bonne soirée

      Supprimer
    3. Bonsoir Nathanaiel,

      Les gens savaient-ils pour son homosexualité ? l'assumait-il sans problème ? Aurait-il été menacé par sa famille ? N'est-il pas tombé entre les griffes d'une secte qui voulait le guérir de son homosexualité ? ...
      Le plus troublant dans tout cela, c'est qu'il a aussi quitté son travail et qu'il est parti pour on ne sait où. Ce qui me fait penser que ce n'est pas contre toi qu'il en avait mais plutôt qu'il voulait soudainement changer radicalement de vie, d'où l'hypothèse de la secte.
      Mais, vous avez raison, toi et Manuel, de ne plus vous poser de questions auxquelles vous ne pouvez de toute façon pas avoir de réponses. C'est apparemment lui qui avait un gros problème avec lui-même et vous ne pouviez rien faire pour lui puisqu'il n'a pas voulu le partager avec vous. Il faut effectivement espérer qu'il a trouvé sa voie et qu'il va bien.
      L'essentiel pour toi est de pouvoir faire ton deuil de cette relation car j'imagine que la rupture a dû être très pénible, surtout que tu n'en connaissait pas les causes.

      Au fait, vous aviez quel âge à l'époque ? C'était il y a longtemps ?

      Bon weekend - Bisous.

      Supprimer
    4. Son homosexualité ne devait pas être un problème, tout le monde le savait, sa famille comme ses amis. Je n'ai pas gardé de contact avec sa famille qui n'habitait pas dans la région de toutes façons. J'ai juste essayé de me renseigner auprès d'une de ses sœurs mais elle a refusé de me dire où il était parti. Elle avait reçue des consignes. Mais elle ne savait pas pourquoi il était parti. Elle mentait peut être mais je l'ai cru.
      Une secte est une chose auquel je n'avais pas pensé pour la bonne raison qu'il ne croyait à aucun dieu.
      Par contre j'ai pensé qu'il pouvait être en taule. Mais c'est certainement pas çà car je n'en vois pas la raison.
      Je suis passé à autres choses mais il restera mon grand amour.
      J'avais 35 ans quand je l'ai connu et que tout à commencé et 40 quand il m'a quitté. J'ai actuellement 44 ans. Régis avait un de moins que moi.

      Salut

      Supprimer
    5. Salut Nathaniel,

      Merci pour ces réponses. J'avais moi aussi pensé à la taule mais je crois que, si ça avait été le cas, ça aurait fini par se savoir.

      Bon weekend.

      Supprimer