vendredi 3 juin 2016

Que pensez-vous des Gay Prides ?


 C'est la saison des Gay Prides. Quelques unes ont déjà eu lieu en mai, beaucoup se dérouleront en juin et il y en aura encore en juillet dont celles de Paris et Lyon qui sont exceptionnellement reportées en raison de l'Euro de football.


Comme vous le savez, une "Gay Pride" ou "Marche des fiertés" en bon français est une manifestation du mouvement LGBT destinée à donner une visibilité aux personnes homosexuelles, bisexuelles ou transsexuelles ainsi qu'à revendiquer la liberté et l'égalité des orientations sexuelles et des identités de genre.


Créées suite aux émeutes de Stonewall aux États-Unis en 1969, des marches des fiertés existent aujourd'hui dans de nombreux pays à travers le monde. Elles sont généralement organisées chaque année autour du moins de juin.


Le mois de juin n'a pas été choisi au hasard pour organiser les Gay Prides mais en mémoire du 28 juin 1969, date à laquelle une descente de police dans le bar "Stonewall Inn" de Greenwich Village à New York a déclenché une série de manifestations spontanées et violentes de la part d'un groupe d'homosexuels et bisexuels lassés des brimades et répressions auxquelles ils étaient régulièrement soumis. Ainsi, les émeutes de Stonewall sont considérées comme le début de la lutte pour l’égalité des droits pour toutes les orientations sexuelles.


Grandes manifestations à la fois folkloriques, commerciales et politiques, les Prides attirent gays, lesbiennes, bis, transsexuels, mais aussi hétéros. La Marche des fiertés de Paris rassemble chaque année plusieurs centaines de milliers de participants défilant dans le cortège, assistant au défilé sur le bord de la chaussée ou participant aux activités annexes.


 Les Gay Prides ne sont pourtant pas appréciées par tout le monde.

  • Pour certains, c'est le côté carnavalesque de la manifestation qui pose problème, ils ne se reconnaissent pas dans les tenues et comportements caricaturaux qui, selon eux, ne peuvent que donner une image négative de l'homosexualité. 
  • D'autres pensent que la manifestation est devenue trop commerciale, récupérée par les bars, cruisings, saunas, clubs de rencontres en ligne qui profitent de l'événement pour faire leur publicité, 
  • D'autres encore reprochent à la manifestation son caractère trop politique.
  • ...


Et vous, que pensez-vous des Gay Prides ?
Y participez-vous ou pas ?

  • Si oui, est-ce pour faire la fête, pour revendiquer vos droit, parce que c'est plein de gays et que c'est la meilleure occasion de se faire un bon plan cul, ... 
  • Si non, pourquoi ? Y a-t-il quelque chose qui vous déplait dans ce genre de manifestation ? 






28 commentaires:

  1. Corentin (et Philippe)4 juin 2016 à 02:15

    Avec cet article tu viens de hérisser les poils de mon Philippe. Si il y a bien une chose qu'il déteste et à laquelle il ne participera jamais, même pas en spectateur, c'est bien une gay pride.
    Ce déguiser ou se balader à poils en s'exhibant ce n'est pas fait pour lui. A poils sur la plage, il est ok ! Mais dans une gay pride, certainement non !

    Je dois dire que je suis d'accord avec lui. Manifester ou défiler pour revendiquer les droits LGBT, je suis pour.
    Mais si c'est pour faire des trucs comme les mecs sur les photos présentés qui se promènent à poils la bite en érection ou qui s'enculent, se sucent et se branlent en public (même s'ils ne font peut être que le mimer), là, je ne suis pas d'accord.
    Une gay pride çà se passe toujours dans la rue et pas dans un espace clos dédié à cela. Dans la rue il peut y avoir des enfants qui peuvent voir ce genre de choses ou le regarder depuis les fenêtres des appartements qui bordent cette rue.
    J'estime que des gamins n'ont pas à voir des adultes avoir des gestes à caractères sexuels que ce soit par des homos ou des hétéros d'ailleurs.
    C'est pourquoi je ne participerais jamais non plus comme Philippe à une gay pride, même si sur le principe de la défense des droits LGBT, je suis pour. Par contre, je suis contre les excès de certains.
    Je ne pense d'ailleurs pas que ce genre d'excès aide beaucoup la défense de nos droits.
    Sinon le côté carnaval ne me dérange pas contrairement à Philippe qui n'aime pas trop çà.

    Mon commentaire va sans doute faire grincer des dents certains d'entre vous mais je dois dire que je m'en fous totalement. Je dis ce que je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure tout de suite, les six dernières photos ne proviennent pas d'une marche des fiertés, comme le précise judicieusement André. En tout cas, je n'ai jamais vu de pareils débordements à aucune des Prides auxquelles j'ai participé. Il est vrai qu'il y a des mecs peu vêtus accompagnant certains chars ou d'autres qui sont travestis mais aucune nudité ni aucun actes obscène. Si c'était le cas, les organisateurs et les forces de l'ordre qui encadrent la manifestation y mettraient vite bon ordre. Au contraire, la majorité des personnes qui participent au défilé sont habillés normalement. Il ne faut d'ailleurs pas croire qu'il n'y a que des gays et des lesbiennes dans ces marches. On y voit aussi des hétéros qui y viennent en famille avec leurs enfants, et je n'en ai jamais entendu aucun qui se disait offusqué par ce qui se passait dans la manifestation.
      Quant aux déguisements ou travestissement, ça fait partie du spectacle et ça contribue à donner un caractère festif à la manifestation. Peut-on imaginer le carnaval de Rio sans danseuse légèrement vêtue ou celui de Venise sans masque et travestissement ? Ça n'intéresserait personne ! Les gens intelligents (je ne parle pas des adeptes de madame Boutin) ne s'y trompent pas, ils savent très bien que ce n'est pas parce que les fêtards sont affublés ainsi à la Gay Pride qu'ils sont ainsi dans la vie de tous les jours.
      Toi et Philippe n'êtes pas les seuls à ne pas aimé le caractère "déluré" des marches des fiertés. J'en connais plusieurs autres. Mais, j'ai participé à une Pride de Londres (ça devait être en '98 ou '99), une marche très sérieuse sans grand folklore et je peux dire que c'était lamentable.

      Supprimer
    2. Peut être comme tu le dis que ces photos ne proviennent pas d'une marche des fiertés mais comme le fais remarquer Philippe, elles ont été prises dans la rue. Certainement au Etats-Unis, peut être dans le quartier gay de Castro à San Francisco.
      N'empêche que c'est quand même dans la rue !!!

      Alors peut être qu'en Europe cela ne se passe pas comme çà, mais il n'empêche que quand j'allais sur les lieux de dragues j'ai vu des mecs qui ne se préoccupent pas vraiment de se cacher totalement lorsqu'il baisent sur place même quand il y avait tout pour se cacher, en s'enfonçant dans le bois par exemple.
      Je me rappelle avoir vu une fois en été sur un parking genre aire de repos au bord d'une nationale un mec complétement à poil qui allait et venait le long de la file de voiture pour draguer. C'était la nuit mais quand même !
      Deux gars (homo) qui discutaient entre eux avaient interpeler le mec pour l'engueuler et lui demander d'être plus discret parce qu'il foutait la merde à tout le monde. Le ton était vite monté et ils avaient commencé à se foutre sur la gueule.
      Je ne sais pas comment cela a fini car je me suis dépêché de démarrer la voiture et rentrer chez moi, j'avais peur que les flics débarquent.
      Alors je sais de quoi les mecs sont capables sur les lieux de draguent. J'imagine bien les mêmes avoir le même comportement en gay pride.

      Supprimer
    3. Je comprends le point de vue de Corentin et Philippe. Je doute tout de même que l'on trouve des comportements similaires dans les gays pride de France. En France les gays pride sont sans doute bien encadrées pour éviter les dérapages.
      Cela dit, je ne suis pas un expert car je n'ai jamais participé à une gay pride. J'en ai pas vraiment l'envie non plus. Lionel en a fait quelques une avant qu'on soit en couple mais pas depuis. Mon fils Cyrille et mon gendre Stéphane en ont fait plusieurs en France mais aussi à l'étranger (Londres, Amsterdam et Berlin).

      Les gays pride ne font pas l'unanimité chez tous les gays. Certains en sont même de virulents détracteurs. Les gays des campagnes pensent souvent que c'est une affaire que seuls les gays des villes peuvent se permettre. Il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour comprendre pourquoi.

      Supprimer
    4. Je suis d'accord avec tout ce que tu dis concernant l’exhibitionnisme sur la voie publique Corentin. C'est vrai qu'il y a sur certains lieux de drague des comportements répréhensibles, surtout quand ils sont pratiqués à des heures où des enfants peuvent les voir. Il est clair que cela ne plaide pas en notre faveur et il ne faut pas s'étonner ni se plaindre si la gendarmerie fait des descentes sur ces lieux de drague. C'est d'autant plus regrettable que la majorité des mecs qui hantent les lieux de drague à des heures où les enfants peuvent les voir ne sont majoritairement pas des gays assumés mais plus souvent des hétéros bon teint qui s'arrêtent sur ces parking à la sortie des bureau. Mais, cela n'a rien à voir avec les prides.

      Supprimer
    5. C'est sûr, François, qu'on imagine mal organiser une marche des fiertés dans un village perdu à la campagne au fin fond de nulle part. Cela n'empêche pas que des gays des campagnes font le déplacement jusqu'à la grande ville pour y participer à la Pride. Les centaines de milliers de participant à la Marche des fiertés de Paris ne sont pas tous des Parisiens, loin de là. Il en vient de partout et aussi bien des campagnes. Mais, je suis d'accord avec toi, les Prides ont des détracteurs parmi les gays et cela pour différentes raisons. Il y a ceux qui ne sont pas d'accord avec les revendications, d'autres qui sont écœurés par la main-mise des "marchands de sexe" sur l'événement et bien sûr aussi ceux qui ne se reconnaissent pas dans la caricature qui est donnée par certains participants. Ces participants travestis, habillés de cuir ou peu vêtus ne sont certainement pas les plus nombreux mais ce ne sont malheureusement qu'eux que les médias montrent.

      Supprimer
  2. ... Certes, certaines de ces manifestations peuvent paraître excessives, provocatrices, voire outrageantes, mais n'oublions pas que c'est grâce à celles-là, apparues dans les années 70, qu'aujourd'hui nous pouvons vivre (ou presque) "normalement" notre sexualité !
    Patrick (65 ans)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, Patrick.

      Supprimer
  3. J'ai participé à de nombreuses marches dans différentes villes de Suisse, depuis la première, organisée à Berne où les discours avaient été prononcés devant le Palais fédéral, siège des autorités. J'ai tenu un discours lors de la deuxième, à Bâle, et ce qui m'a le plus ému, ce furent les applaudissements de la foule à chacune de mes propositions. Pourquoi? Parce que j'exprimais tout haut ce que à l'époque nous n'osions espérer qu'en privé. J'avais défilé avec un panneau marqué "Âmes soeurs, corps frères" et j'observais la réaction des badauds sur notre passage. En lisant mon texte, les femmes comprenaient et souriaient. Quant aux hommes à qui nous distribuions un oeillet rose, ils ne le jetaient pas mais s'empressaient de le tendre à leur compagne. C'était il y a 36 ans...

    P.S. Les photos ci-dessus de mecs à poil n'ont rien à voir avec une marche des fiertés, même si elles expriment un autre type de fierté mâle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 36 ans, bien des choses ont changé mais nous n'aurions jamais acquis tous ces droits (lois contre l'homophobie, mariage pour tous, ...) sans tous ceux qui, comme toi, ont milité pour les obtenir. Merci !

      Tu as raison de souligner que les six dernières photos ne proviennent pas des marches des fiertés, en tout cas pas de celles auxquelles nous participons dans nos pays.

      Supprimer
  4. Bonjour Kalinours!
    Il y a une part de revendications et de festifs dans cette manifestation, mais malgré tout je n'y ai jamais participé peut-être parce que je ne m'y retrouve pas vraiment dans tout cela ou peut-être parce que je n'ai jamais été vraiment disponible pour y aller...
    Je te souhaite un bien agréable week-end!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça vaut la peine d'y participer au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour se faire sa propre opinion en vivant l'événement "de l'intérieur". A Metz, c'est dans deux semaines, le samedi 18 juin à partir de 15 heures sur la place saint-Louis. Tu peux y aller en tenue de ville, sans obligation d'enlever ton pantalon pour n'être vêtu que de ton boxer le plus sexy :o)
      Les infos se trouvent sur http://www.couleursgaies.fr/agenda/
      Bon week-end !

      Supprimer
    2. Je connais la date, mais malheureusement une fois de plus je ne suis pas disponible étant au travail durant ce week-end là...

      Supprimer
    3. Ce n'est vraiment pas de chance, sauf qu'il vaut mieux avoir du travail que d'être au chômage.

      Supprimer
  5. rien, je ne pense rien! car je n'aime pas ce carnaval hors saison! et je dois dire que je n'aime pas même le carnaval lui-même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, si tu n'aimes pas le carnaval... Heureusement que tu es milanais et non pas vénitien.

      Supprimer
  6. en effet ne pas confondre le fond ou les motivations premieres qui sont tout à fait louables et le deballage qui en est fait en europ depuis des années, et qui ne corresponds pas à ce , à quoi aspirent de nombreux gays et lesbiennes $ dommage, de donner du grain à moudre aux réacs et autres cathos integristes de cette manière là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut en effet pas confondre le fond et la forme et surtout pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Des excès, il y en a partout. Ce n'est pas une raison de se priver de tout. Sinon, on peut boycotter l'Euro de foot parce qu'il y a des hooligans, ...

      Supprimer
  7. Les gays prides sont devenues des grand'messes bien trop gentilles. Elles ont perdu leur caractère subversif, preuve que les jeunes homos qui ont le cul dans le beurre n'ont pas conscience d'où on vient et imaginent encore moins où on pourrait très vite retourner. J’abhorre les pédés de salon qui ne pensent qu'à se fondre dans la foule des hétéros, le doigt sur la couture. Ils crachent sur ceux qui leur ont permis de vivre leur sexualité sans être inquiéter. Pensent-ils qu'ils pourraient vivre en toute liberté s'il n'y avait pas eu des provocateurs subversifs pour se rebeller contre l'ordre établi, les descentes de police dans les lieux de rencontre, le fichage des sodomites, ... ?
    C'est quoi ce monde de tartufes qui disent ici "cacher cette bite que je ne saurais voir" ? C'est vrai, des mecs à poils, qui se branlent ou baisent en rue, il n'y en a pas dans les gays prides chez nous, et c'est bien dommage. Les mecs en string et les travelos dans les gays prides, c'est de la provocation bien sûr mais de la provocation trop gentille qui ne fait plus réfléchir personne dans une société où tout le monde s'évertue à être "politiquement correct". Alors s'il faut de la nudité et des actes sexuels, je dis oui, mille fois oui si ça peut permettre aux gens de réfléchir sur les valeurs véhiculées par notre société hypocrite. C'est quoi cette société dans laquelle on peut montrer aux enfants les pires violences mais où il faut cacher ce qu'il y a de plus naturel : le corps humain et les plaisirs qu'il peut procurer. Des plaisirs sexuels qui ne font de mal à personne au contraire de toute la violence gratuite que personne ne croit nécessaire de cacher pour préserver les enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Piet Bull, pour ton point de vue. Je te suis assez bien sur bien des points et particulièrement quand tu dis que c'est moins grave de montrer de la nudité et du sexe à des enfants que de leur montrer de la violence. Je suis aussi d'accord sur le fait qu'il faut parfois oser provoquer pour faire changer les choses. Il faut plus de courage pour le faire et se prendre les coups qui vont avec que pour rester tranquillement dans son fauteuil.
      Cela dit, je pense qu'il y a un temps pour chaque chose : un temps pour la provocation et la rébellion quand on ne peut pas discuter, et un temps pour le dialogue quand ça devient possible. Or, nous sommes maintenant à une époque où les esprits de la plupart des gens est ouvert pour le dialogue, en tout cas chez nous. Dans ce contexte, la provocation n'est plus de mise, elle est au contraire préjudiciable à la cause.

      Supprimer
    2. Corentin (et Philippe)13 juin 2016 à 01:58

      Si on écoute le point de vue de Piet Bull, la gay pride devrait être un défilé de chars sur lesquels les mecs pourraient s'enculer et se sucer et les lesbiennes se lécher la chatte devant tout le monde y compris des gosses.
      Et pourquoi pas vendre des vidéos pornos aux mêmes gamins au prix d'un carambar pour qu'ils y aient plus facilement accès ?
      Sinon si cela ne suffit pas, Piet Bull pourrait parfaire lui même leur éducation dès l'âge de 4 ou 5 ans en les enculant.
      Après tout comme il dit : "des plaisirs sexuels qui ne font de mal à personne au contraire de toute la violence gratuite que personne ne croit nécessaire de cacher pour préserver les enfants."

      Je n'ai jamais rien entendu d'aussi con !!!

      Supprimer
    3. Ah ah ! Le débat est bien lancé ! Sans aller jusqu'aux chars pornographiques - je pense que ça ne me plairait pas du tout - je suis d'accord avec Piet Bull pour penser que la vision du sexe fait moins de dégâts que toute la violence qu'on offre en pâture aux enfants. D'ailleurs, on a beau mettre des avertissements reconnus par les logiciels de contrôle parental sur les sites pornographiques, cela n'empêche pas les mineurs d'aller les mater, et cela de plus en plus jeunes d'après certaines études. A croire donc que cela ne les traumatise pas outre mesure. De là à vouloir les violer pour "faire leur éducation", il y a une marge.

      Supprimer
    4. Vianney Colette13 juin 2016 à 16:12

      Je suis un trop "jeune gay" pour m'intéresser ou participer à une gay pride. Un jour, peut être.

      Supprimer
    5. Il faut en effet prendre le temps de s'assumer avant de pouvoir s'investir. C'est un long chemin à parcourir pour de nombreux gays.

      Supprimer
  8. je t'ai déjà confier ma pensée sur le sujet sur ton blog Guy mauve...
    Vivement la semaine prochaine à Paris !!!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, je m'en souviens. C'était sur cet article : http://guymauve.blogspot.be/2016/06/oh-oh-fait-le-clown-baise-entre-deux.html
      Je te souhaite déjà un bon week-end de Gay Pride à Paris la semaine prochaine et que tout se passe sans perturbation.
      Bisous à toi et à ton Bébé.

      Supprimer
    2. Merci mon Kalinours ! On pensera bien à vous !!!

      Supprimer
    3. Oui parce que le premier w-e de juillet je ne suis pas libre pour aller à Paris.

      Supprimer