samedi 19 novembre 2016

Au sauna avec Mehdi


 Dans ce quatrième épisode de ses aventures, Mehdi découvre un sauna gay et prend goût aux plaisirs que cet univers exclusivement masculin peut offrir.

Si vous souhaitez lire ou relire les épisodes précédents, suivez ces liens :



Il n’est pas loin de 18 heures lorsque nous arrivons au sauna. Un peu impressionné, Mehdi observe la décoration du majestueux hall d’entrée, les statues de marbre, les fauteuils Louis XV, les tableaux de style « primitifs flamands », des portraits d’austères bourgeois qui n’ont sans doute jamais pensé qu’ils seraient exposés un jour dans une maison de débauche.
- Bonsoir, vous êtes ensemble ?
- Oui.
- Voilà 19 et 20, bonne soirée.
- Merci, à tout à l’heure.
Nos places sont à l’entrée du vestiaire. Ce ne sont pas les meilleures car on y est sans cesse dérangé par les hommes qui y entrent ou en sortent.
- Pardon
Je referme la porte de mon armoire et me fais le plus mince possible pour laisser passer le jeune garçon qui veut entrer. Il me fait un grand sourire :
- Vous arrivez ou vous partez ?
- Nous arrivons. Pourquoi ?
- Pour rien, pour savoir. Vous êtes ensemble ? demande-t-il en regardant Mehdi.
- Oui
- Ah…
Il continue son chemin vers son armoire en se retournant pour nous regarder.
Mon « pourquoi » et sa réponse étaient parfaitement inutiles. J’avais très bien compris à sa façon de me regarder quel était la signification de sa question. Si j’avais été seul, je lui aurais donné une suite favorable sans hésiter. Ce n’est jamais désagréable de se faire draguer par un jeune garçon quand on est quinquagénaire.
- Tu le connais ? me demande Mehdi.
- Pas du tout. C’est la première fois que je le vois ici.
Mehdi est plutôt pudique et semble gêné de se déshabiller en public. Il se tient collé à son armoire et j’ai l’impression que s’il le pouvait il rentrerait dedans pour se changer.
- On doit enlever le slip ? Me demande-t-il en se mettant la serviette autour des reins.
- Oui.
Le jeune homme repasse avec le paquet de cigarette qu’il est allé chercher, frôle Mehdi qui se contorsionne pour enlever le slip en se cachant sous la serviette, il le prend par la taille pour se faufiler derrière lui. Mehdi se redresse rapidement, sa serviette tombe.
- Humm, les belles fesses, dit le jeune homme en me regardant avec un sourire
Puis il sort du vestiaire, non sans m’avoir touché les fesses au passage.
- Ils sont tous comme ça ? me demande Mehdi.
- Non, il y en a de plus discrets… mais tu en as aussi qui sont plus directs… Tu es prêt ?
- Oui
- Allons-y. D’abord une petite douche.
- Je te suis.
Il y a deux hommes sous la douche : un petit gros, chauve et ventru qui se savonne une petite bite en érection tout en matant un grand musclé d’une trentaine d’année, bien membré qui se rince en bombant le torse. J’enlève la serviette et prend place sous l’une des deux douches encore libre entre les deux hommes.
- Tu viens ?
- Oui, un instant.
- Allez, ne sois pas timide, viens. Ce n’est pas ici que tu va te faire violer.
- Non mais…
Le grand musclé a terminé de se doucher et s’en va, suivi sitôt après par le petit gros. Quand ils sont partis, Mehdi vient me rejoindre sous la douche
- C’est que je n’avais pas trop envie de montrer ça, me dit-il en me faisant voir une belle érection.
- Ne t’inquiète pas pour ça, c’est normal et ce n’est qu’à ton avantage.
- Oui mais on va me prendre pour qui ?
- Pour un homme très sexy qui est en pleine forme pour une bonne partie de sexe.
- Justement, on va me prendre pour un obsédé.
- Ici, tout le monde l'est un peu.
Quand nous avons terminé la douche, je l’entraîne vers le sauna. Trois hommes sont assis près de la porte d’entrée, deux autres discutent dans un coin et un sixième est allongé nu dans le fond. Je repère un endroit où nous pouvons nous allonger à notre aise.
- Quelle chaleur ici, me dit Mehdi
- Normal, c’est fait pour.
- Oui mais quand même.
- Fais comme moi, allonge-toi et laisse-toi transpirer, c’est excellent pour la santé. Tu veux la place du dessus ou celle du dessous ?
- Comme tu veux.
- C’est au-dessus qu’il fait le plus chaud.
- Alors prends-là. J’aurais bien assez chaud en bas.
Après avoir allongé ma serviette sur la banquette, je me couche. Mehdi essaie de se coucher sans ôter sa serviette mais il sursaute aussitôt.
- Aie, c’est brûlant.
- Oui, c’est malin de te coucher ainsi sur le bois brûlant, il faut te coucher sur ta serviette.
Je vois qu’il hésite, il regarde tout autour de lui et finalement se décide, enlève sa serviette, la met sur la banquette et se couche dessus.

C’est un va et vient incessant dans le sauna. Des hommes entrent, d’autres sortent. Certains ne restent que quelques secondes sans même s’asseoir. Il y a aussi ceux qui ouvrent la porte, passent le bout du nez et referment la porte sans entrer. Les deux bavards sortent ruisselant de sueur. Un homme d’une quarantaine d’année et d’allure athlétique entre, regarde le sablier et le retourne. Sans rien demander à personne, il jette de l’eau sur les braises et dissipe la vapeur en secouant sa serviette au dessus du brasier puis il se couche sur la banquette qui fait face à la nôtre.
- Je n’en peux plus, me dit Mehdi, c’est trop chaud.
- Oui, sortons prendre une bonne douche.
Deux hommes sont enlacés sous la douche. Ils s’embrassent, se caressent et se masturbent mutuellement sans se soucier du regard des hommes qui passent par là.
- Ils ne sont pas gênés ceux-là, me dit Mehdi qui semble avoir oublié sa pudeur pour se précipiter à poils sous la première douche disponible.
Après la douche, nous allons vers le hammam. J’enlève la serviette pour la mettre autour du cou d’un angelot de marbre qui se trouve près de la porte d’entrée.
- On y entre sans serviette ?
- Tu peux la garder mais tu ne pourras plus t’en servir après, elle sera trop humide.
- Ah, d’accord, me dit Mehdi en enlevant la sienne pour la mettre avec la mienne sur l’angelot.
Le hammam est bondé de monde. Des hommes appuyés contre un muret regardent un quatuor en pleine action : un homme debout embrasse un autre en le branlant tandis qui troisième le suce tout en se faisant baiser par le quatrième. Nous nous frayons un chemin pour arriver un peu plus loin où un homme se branle en se faisant baiser par un autre. Plus loin encore cinq hommes en cercle serré qui s’embrassent et se masturbent allègrement…

Après avoir fait le tour, nous nous asseyons dans un coin tranquille. Quelqu’un vient aussitôt prendre place à côté de Mehdi. Après quelques instants, il lui met la main sur la cuisse, puis progressivement monte pour finalement lui empoigner le sexe. Mehdi me regarde et se lève en me demandant :
- On va plus loin ?
- Oui.
Nous sortons du hammam, prenons une nouvelle douche puis montons vers le bain à bulles dans lequel deux hommes barbotent. Ils nous regardent entrer sans rien dire. C’est à peine s’ils répondent au bonjour que je leur dis.
- C’est toujours comme ça dans le hammam, me demande Mehdi quand nous sommes installés ?
- Non, mais aujourd’hui, c’est vendredi. Il y a pas mal de monde qui passe à la sortie des bureaux et qui viennent se décharger avant d’aller passer le week-end en famille avec leur femme et leurs enfants.
- Ce sont des hommes mariés.
- Beaucoup oui, je crois. D’ailleurs, tu vas voir. A l’heure qu’il est, ça va vite se vider.
- Ah bon ?
- Oui, tu comprends, les hétéros ne peuvent pas s’attarder trop longtemps. Ils peuvent dire qu’ils sont allés boire un verre avec des collègues, qu’ils ont été coincés dans les embouteillages ou qu’ils ont fait des heures sup, mais il y a des horaires raisonnables qu’ils doivent respecter s’ils ne veulent pas avoir des ennuis avec leur bonne femme.
Après 10 minutes à barboter dans le bain à bulles, nous prenons une nouvelle douche puis remontons au vestiaire pour prendre nos cigarettes. Comme prévu, il y a beaucoup de monde qui se rhabille. Les honnêtes pères de famille se préparent pour aller embrasser leurs enfants après avoir baisé leurs amants.
- Tu vois, dis-je à Mehdi en blaguant, dans quelques années, tu feras comme eux. Tu te rhabilleras pour aller retrouver ta femme et tes enfants.
- Ca pas question. C’est honteux de faire ça.
- Honteux ? Pourquoi ? Chacun y trouve son compte, tu peux me croire.
- Oui mais enfin, ce n’est pas très honnête.
- Mais si. Ce n’est pas parce qu’ils viennent ici qu’ils ne sont pas des bons maris et des bons pères. C’est simplement une petite récréation pour eux et pour nous ça fait des hommes en plus pour nous amuser.
Après avoir pris une serviette sèche au bar et une bière pour étancher une grande soif, nous passons au salon télé. Un septuagénaire est endormi dans un fauteuil tandis qu’un grand blond sec est assis en tailleur dans un autre avec la main plongée entre les jambes sous la serviette. En nous voyant arriver, il retire sa main et ajuste sa serviette pour ne pas nous laisser voir à quelle activité coupable il était en train de s’adonner. Avec Mehdi, nous prenons place sur un canapé et regardons ce qui passe à la télé : gros plan sur un beau cul blanc qui se fait bourrer par une grosse pine de black avec des gémissements pour tout dialogue. Les plans se succèdent. On passe du va et vient de la pine, au balancement des grosses valoches du black, puis au visage grimaçant du blanc avant d’en revenir au va et vient puis au visage en sueur du black, bref rien de passionnant, toujours le même genre de spectacle. Je préfère généralement regarder les spectateurs et leurs réactions plutôt que ce qui passe à la télé. Mais là, pour le moment, il n’y a pas grand-chose à voir non plus. Le vieux continue à dormir et le fait entendre par ses ronflements, le grand blond n’ose plus se branler depuis que nous sommes arrivés mais jette fréquemment des regards dans notre direction. Mehdi est très attentif à ce qui se passe à la télé. Ca l’excite manifestement comme peut en attester sa bandaison. Le noir vient de se retirer du cul du blanc et se fait jouir sur son dos en se branlant après avoir retiré son préservatif. Il n’y a pas à dire, mais c’est une belle et abondante jouissance. Mehdi s’est pris la queue en main et commence à se masturber. Je ne peux pas le laisser faire seul. Je lui caresse la cuisse pour l’encourager, lui détache la serviette, me débarrasse de la mienne et me penche pour lui faire une fellation. Le grand blond nous regarde puis enlevant aussi sa serviette recommence à se branler. Je me lève pour me mettre à genoux devant Mehdi et continuer la fellation en me branlant. Le grand blond se lève et vient se mettre à côté de nous en se branlant. Il approche sa queue de Mehdi qui ne réagit pas, ni dans un sens ni dans l’autre. Je me redresse et embrasse Mehdi à pleine bouche, puis je lui glisse à l’oreille :
- Tu peux le sucer si tu veux.
- Non fais-le toi.
- Tu veux qu’il te suce pendant que je le suce ?
- Oui, il peut.
Je me penche vers la bite du blond et le suce pendant qu’il suce Mehdi. Le grand blond fait bien son travail : il lèche, suce, branle, regarde la bite de Mehdi, puis il se redresse pour se pencher devant lui en lui montrant ses fesses et en les écartant pour lui montrer l’anus qu’il a chaud et qu’il veut se faire dilater. Je me place face au blond en lui présentant ma queue dont il s’empare. Mehdi, regarde les fesses, passe ses doigts sur l’anus et me regarde comme pour me demander la permission. Je lui fais un petit signe d’encouragement et demande au blond s’il n’a pas de préservatif. Il acquiesce et se penche pour prendre le préservatif et la pochette de lubrifiant qu’il avait attachés à la cheville. Je leur fais signe de passer dans le fond de la salle où se trouve des matelas. Je me mets à genoux devant Mehdi et lui enfile son préservatif. Le blond se met à 4 pattes, le cul en l’air offert à Mehdi qui l’encule rapidement tandis que je me place pour que le blond puisse me sucer.

La séance de baise à 3 se déroule comme toujours dans ces cas-là et les hommes de passage dans la pièce s’arrêtent pour nous regarder. Nous sommes vite entourés de mecs qui se branlent en assistant à la scène.

Finalement, Mehdi se retire du cul, et comme il l’a vu faire quelques instant plus tôt à la télé, enlève le préservatif et gicle sur le dos de la salope blonde. Je me redresse et en embrassant Mehdi me soulage sur le même dos. Le blond se retourne et se branle pour se faire jouir sur son ventre. Quelques uns des spectateurs viennent aussi se terminer debout au dessus du blond.

Avec Mehdi, nous nous essuyons, remettons nos serviettes autour de nos reins, embrassons le blond pour le remercier et descendons prendre une douche.


Après la douche, nous remontons au bar pour prendre une collation bien méritée.
Un divan est disponible dans l’espace fumeur, nous nous y installons.
- Que bois-tu ? Demandé-je à Mehdi
- Et toi ?
- Un Ice-tea
- Ok, la même chose pour moi. Attends je vais les chercher.
- Comme tu veux.
Mehdi se lève pour aller chercher les boissons au bar, je le suis du regard. J’aperçois le jeune garçon qui nous avait salués à notre arrivée dans les vestiaires, il se dandine au son de la musique, un verre dans une main, une clope dans l’autre. Il me voit aussi et se dirige dans ma direction tout en continuant sa danse du ventre. Ses contorsions sont telles que sa serviette se détache de ses reins laissant voir ainsi aux spectateurs qui le sifflent un petit sexe surmonté d’un léger duvet châtain. Il dépose son verre sur la table qui se trouve près de notre divan et après s’être retourné, il se penche pour ramasser sa serviette m’offrant ainsi le spectacle de son petit cul de poupon à la peau de pêche. Quelques petits poils entourent un anus parfaitement dessiné. Il se relève et se retourne vers moi.
- Tu es seul ?
- Non, mon ami est allé chercher les boissons.
- Quelle poisse. Pourquoi est-ce si difficile de trouver un homme libre ?
- Difficile ? Mais non, je suis sûr qu’il y en a plein ici qui ne demande qu’à te baiser.
- Bof, je veux dire trouver un homme bien. Tu sais que tu me plais beaucoup. J’ai flashé sur toi dès que je t’ai vu.
- C’est sympa. Tu n’es pas mal non plus.
- Tu veux venir dans une cabine avec moi ?
- Je t’ai dis que je ne suis pas libre, je suis avec mon ami aujourd’hui.
A ce moment, Mehdi revient avec les deux verres d’ice-tea.
- Bonjour mon chou, tu sais que tu as de la chance ?
- De la chance, moi ? pourquoi ?
- D’avoir un mec comme lui, beau et viril.
- Oui, c’est vrai, c’est une chance de le connaître, lui répond Mehdi en s’asseyant.
- Je t’envie de pouvoir baiser avec lui.
- Oui, il est bien, répond Mehdi en me donnant un chaste bisou sur la bouche.
- Humm, c’est beau l’amour. Je peux aussi en avoir un ?
- Un pareil, oui ! répond Mehdi.
- Humm, je suis en manque de câlins.
Le petit gars se penche vers Mehdi et l’embrasse sur la bouche puis il se penche vers moi et, semblant se trébucher, se laisse tomber sur mes genoux. Il s’accroche à mon cou et me roule un patin fougueux.
- Hé doucement, lui dit Mehdi.
- Tu es jaloux ? Il me plaît trop. Tu ne voudrais pas me le prêter ?
- Il fait ce qu’il veut.
- Tu vois, il n’est pas jaloux, ton copain. Il veut bien que tu viennes baiser avec moi.
- Non, je ne baise pas sans lui.
- Il ne me dérange pas, on peut aussi aller à trois. Vous êtes d’accord ?
Nous nous regardons, Mehdi et moi, comme pour nous concerter sur la suite à donner à cette invitation.
- Pas tout de suite, on se repose un peu. Le temps de boire notre verre à notre aise, lui répond finalement Mehdi.
- Ok, pour moi ça va. Je peux m’asseoir avec vous ?
- Oui
- Merci. Poussez-vous, je me mets entre vous deux.
- Oui, voilà assieds-toi
- Vous vous appelez comment ? Moi, c’est Cédric.
- Jean
- Mehdi
- Vous êtes un beau couple, vous allez bien ensemble. J’aimerais bien faire un couple comme vous.
- Ca viendra bien un jour. Tout vient à point à qui sait attendre.
Ses mains se promènent sur nos genoux et sur nos cuisses, et nous nous laissons faire tous les deux. Nous répondons à ses caresses en posant nous aussi une main baladeuse sur ses cuisses. Encouragé, il aventure sa main vers mon entrejambe et s’empare de mon sexe qu’il caresse délicatement sous la serviette. Je veux moi aussi lui toucher le sexe mais la main de Mehdi s’est déjà emparée de la petite queue chaude.
- On y va ? demande Cédric.
- Oui, répond Mehdi.
Nous terminons nos verres et nous levons pour nous diriger vers une cabine. Nos tiges dressées sous les serviettes attirent l’attention des mecs qui nous regardent sortir du salon-bar avec un petit sourire entendu.

Arrivé dans la cabine, Cédric enlève sa serviette, l’étend sur le matelas et se couche sur le dos. Nous l’imitons, et nous couchons de part et d’autre de lui. Je me mets tête bêche pour m’occuper de sa queue pendant que Mehdi lui caresse le torse en regardant ce que je fais. Cédric se retourne vers moi pour s’emparer de mon sexe. Il le caresse un peu, le décalotte et le prend en bouche pour le sucer. Un peu délaissé, Mehdi se retourne pour joindre sa bouche à la mienne sur la queue du petit gars.

Abandonnant la fellation de ma pine déjà bien dressée, Cédric fait un quart de tour sur le matelas et s’empare du sexe de Mehdi qu’il commence à sucer, repliant les jambes, il esquive un mouvement du cul dans ma direction pour me faire comprendre quelle est son intention. Je me retourne et, après avoir ouvert un sachet de gel, je le répands sur son anus que je doigte pour le dilater.

Quand son petit cul est bien préparé, je le fais mettre à 4 pattes. J’ouvre un nouveau sachet de gel et en fait couler quelques gouttes sur le sexe de Mehdi à qui je donne un préservatif. Celui-ci a tôt fait d’enfiler la protection et d’introduire son sexe bandé dans le fion chaud de Cédric. Je les regarde faire en me masturbant légèrement pour maintenir mon érection. Je m’enduis de lubrifiant et mets une capote. Quand je suis prêt, Mehdi se retire pour me laisser la place. Le petit trou est déjà bien préparé et je dispose mon gland face à l’anus ouvert. J’empoigne Cédric par la taille et, d’un coup de reins m’enfonce en lui. Il laisse échapper un long gémissement plaintif. Il encourage mes coups du boutoir par des petits cris de jouissance :
- Ah… oui… humm… oui… ah… c’est bon…
Quand je me retire pour laisser place à Mehdi, Cédric se retourne, se couche sur le dos et soulève ses jambes qu’il ramène derrière lui pour nous donner accès à son cul. Mehdi prend place à genoux derrière le cul de Cédric qui rabat ses jambes sur les épaules de mon ami. Je me positionne alors à quatre pattes au dessus de Cédric pour m’occuper de sa queue et la sucer pendant que Mehdi s’occupe de son cul. Cédric relève légèrement la tête pour s’occuper de mon sexe. Il suce merveilleusement bien. Après quelques moments, je sens que je ne vais plus pouvoir tenir longtemps. Je me relève la queue en feu pour me soustraire de la bouche gourmande.

En me voyant levé, Mehdi se retire du cul qu’il est en train de limer et Cédric me tend une nouvelle capote. Je prends le temps nécessaire à faire tomber la tension pour m’enduire de lubrifiant et enfiler le préservatif, puis je me positionne entre les cuisses du jeune gars, je lui lubrifie l’anus déjà bien dilaté qui n’a plus besoin de ce complément de gel. Je me couche sur lui et mon sexe hyper gonflé s’enfonce sans difficulté jusqu’à la garde dans le petit trou d’amour.

Mehdi vient alors se placer derrière moi. Il m’écarte les fesses et me lubrifie l’anus avant de se coucher sur moi en m’enfonçant le dard dans le fion.

Ses coups de butoir sont vigoureux, frénétiques. A chaque fois qu’il s’enfonce en moi, ma queue se plonge plus profondément dans les entrailles de Cédric qui pousse des gémissements de plaisir.
Je ne peux bientôt plus me retenir. Ma queue se contracte et explose dans le cul du petit gars qui ne peut pas retenir un long râle en jouissant sur mon ventre. Aussitôt après, Mehdi s’affaisse en tremblant sur moi. Les contractions de son sexe sur mon anus me font comprendre qu’il a joui à son tour.


Si vous avez des fantasmes, des récits imaginaires ou expériences vécues en rapport avec les thématiques de ce blog, vous pouvez nous les raconter en détail. Contactez-nous en utilisant le formulaire de contact qui se trouve à droite. Nous nous ferons un plaisir de les publier sur ce blog pour que tout le monde en profite.

Remarque :

Si vous nous écrivez pour communiquer votre histoire afin qu'elle soit publiée sur le blog, précisez-le dans votre message car nous restons très discrets sur les confidences qui nous sont faites et nous ne publions rien sans votre accord explicite.


6 commentaires:

  1. #3 à droite: Colby Keller
    https://en.wikipedia.org/wiki/Colby_Keller

    RépondreSupprimer
  2. Hello Jean,
    Voilà une bien belle suite à cette histoire, cet épisode est vraiment épatant, j'en redemande et j'attends les prochain épisode. De plus à quelques détails près, c'est ce que j'ai vécu hier soir dans un sauna lausannois que je fréquente régulièrement, ce fut l'explosion de sexe, de câlins coquins et de bisous; de lire la suite des aventures de Medhi, m'a replongé dans les délices d'hier soir, mmhh!!
    Bon dimanche à vous deux et gros bisous depuis les bord du Léman
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Philippe,
      Tu as vécu cela à peu de chose près vendredi soir ? Ça ne m'étonne pas beaucoup. Ça se passe comme ça dans les saunas. D'ailleurs, je me suis beaucoup inspiré de mon expérience personnelle pour écrire cet épisode.
      Bon dimanche au bord du lac Léman et bisous des forêts ardennaises.

      Supprimer
  3. Comme toujours l'histoire est super bandante , merci de la partager avec nous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, L-J. Ça fait plaisir de recevoir des encouragements.

      Supprimer