lundi 19 décembre 2016

Mehdi et les jeunes voisins


 Voici pour ceux qui aiment la suite des aventures de Mehdi, un jeune hétéro dégoutté par l'attitude de sa femme qui est allé se consoler chez son vieux voisin homo qui l'a initié aux plaisirs du sexe entre hommes.


Pour lire ou relire les épisodes précédents, suivez ces liens :

  1. Les aventures de Mehdi, mon jeune voisin
  2. Mehdi, un jeune voisin pas si hétéro que ça ...
  3. Pauvre Mehdi 
  4. Au sauna avec Mehdi
  5. Un gang bang pour le jeune Mehdi


Entre Mehdi et moi, la différence d’âge est importante. Avec près de 30 ans de plus que lui, je pourrais être son père. C’est probablement ce qui l’attire en moi, ce père qu’il n’a jamais eu et qui lui a tant manqué pour lui apporter la sécurité, la protection et l’équilibre nécessaire au développement harmonieux de tout individu. Ce n’est pas sans me poser problème et je me demande souvent si nous avons raison d’entretenir ensemble des relations sexuelles. Il est certain que j’éprouve pour lui des sentiments paternels et que je le considère parfois comme le fils que je n’ai jamais eu. Dès lors, les rapports sexuels sont-ils souhaitables entre nous ? Notre amour ne serait-il pas quelque peu incestueux ? D’un point de vue purement biologique, il n’y a aucun problème, puisque je ne suis pas son géniteur. En plus, comme nous sommes deux hommes, il n’y a aucun risque pour notre progéniture. Les fondements de l’interdit de l’inceste sont saufs. Au niveau légal, il n’y a aucun problème non plus ; nous sommes tous deux majeurs et responsables de nos actes. Mais, qu’en est-il sur le plan psychologique ?

Quand je l’observe et que je le vois s’amuser comme un enfant avec les jeunes voisins, je me dis qu’il est lui aussi encore bien jeune et qu’un jour viendra où il sera attiré par un homme de son âge avec lequel il voudra faire sa vie. Quand cela arrivera, quelle sera notre réaction ? J’ai beau me dire qu’il faut vivre au jour le jour et ne pas se soucier à l’avance de ce qui pourrait arriver, l’idée qu’il me quittera probablement un jour pour un autre garçon de son âge assombrit parfois le bonheur intense dans lequel je suis depuis que je vis avec lui.

Kévin et Erwin sont deux jeunes voisins que j’ai vu naître et grandir. Ils ont maintenant 18 et 16 ans et s’entendent très bien avec Mehdi. Claire, leur mère, n’est pas seulement une voisine, c’est aussi une collègue de travail avec laquelle j’entretiens d’excellents rapports. Il arrive donc que nous discutions entre « adultes » pendant que les « enfants » s’amusent entre eux. Avec Claire, nous nous amusons à les regarder faire les courses de vélo ou s’amuser avec leur « caisse à savon » et les traitons de grands dadais. Les jeux des enfants ne sont pas ceux des grands et réciproquement. Sauf quand les enfants n’en sont plus vraiment.

Ainsi, un soir que je rentrais du travail plus tôt que prévu, je les ai surpris tous les trois assis l’un à côté de l’autre sur le divan du salon. Pantalons ouverts et sexe en main, ils se masturbaient en regardant une vidéo porno que Mehdi avait sélectionnée dans ma collection. Il faut croire que le film les captivait car ils ne m’ont pas entendu rentrer. Je ne vous dis pas leur tête quand ils m’ont vu entrer dans la pièce avec un grand sourire en leur lançant un grand bonjour du genre :

  • Bonsoir les branleurs, comment ça va ? En forme ?

Je ne dirai pas que ce fut la débandade, mais ils ne savaient plus où se cacher ni comment cacher le sexe bandé qu’ils tenaient en main. Si j’avais été au volant de ma voiture, je me serais arrêté net en voyant passer leur visage au rouge écarlate sans passer par l’orange. Ils étaient tellement surpris et gênés de se faire prendre dans cette partie illicite qu’aucun mot ne pouvait sortir de leur bouche mais Kévin et Erwin ont vite fait de ranger leur zob dans le slip et de remonter la fermeture éclair de leur jeans.

  • Trop tard pour ranger la marchandise, je vous ai vu, leur dis-je en riant. Surtout ne vous gênez pas pour moi, j’en ai vu d’autres.

Mehdi est le premier à reprendre ses esprits, voyant que je ne semble pas furieux de son « infidélité ».

  • Bonsoir, Jean. Il n’est pas mal ce film, tu viens le regarder avec nous.

Je me retourne vers l’écran pour voir de quoi il s’agit et réponds :

  • Oui, c’est un très bon Cadinot mais je ne voudrais pas vous gêner.
  • Non, vous ne nous gênez pas, réponds Kévin. Nous, on va rentrer chez nous, tu viens Erwin. 
  • Oui, répond le jeune frère.
  • Mais pas du tout, je ne veux pas vous chasser. Restez, je vous laisse. J’ai autre chose à faire, faites comme si je n’étais pas là.
  • Si, on va aller, reprend Kévin. Si vous êtes rentré maman doit aussi être rentrée. On y va. Tu viens Erwin.

Ils sont déjà levés et prêts à partir.

  • Non, je vous assure. Vous pouvez rester, j’ai eu fini plus tôt mais votre mère est encore au boulot jusque 6 heures.

Je quitte la pièce sur ces dernières paroles, décidé à les laisser tranquilles entre jeunes et je vais dans la cuisine pour préparer du café. Je m’installe ensuite à la table pour lire le courrier du jour.  Quelques minutes plus tard, Mehdi vient me rejoindre.

  • Tu leur as fait bien peur.
  • Ils sont partis ?
  • Non, ils se sont rassis. Je leur ai dit qu’ils ne risquaient rien avec toi.
  • Que veux-tu qu’ils risquent ?
  • Ben, ils avaient peurs que tu en parles à leur mère.
  • C’est idiot, ils me connaissent mal.
  • C’est ce que je leur ai dit.
  • Toi aussi, tu as été surpris en me voyant. Je t’ai vu rougir.
  • J’ai eu peur que tu sois jaloux.
  • Non. Pas du tout. Tu fais ce que tu veux. Ca vous arrive souvent de mater des films ensemble ?
  • C’est la deuxième fois.
  • Et ils aiment ?
  • Oui, c’est eux qui ont redemandé.
  • Ah ah, les petits cochons.
  • Mais ne reste pas tout seul, tu peux venir avec nous.
  • Non, je crois que ça va les gêner.
  • Non, on vient d’en parler. Ils sont d’accord. 
  • Je ne sais pas si c’est bien opportun que j’y aille. Je vais d’abord m’occuper du courrier et puis je verrai ensuite.
  • Ok. Tu viens quand tu veux.
  • Et puis si je n’y vais pas, tu me raconteras.
  • Promis, mais j’aimerais mieux que tu viennes.
  • D’accord mais plus tard.


Je reprends la lecture du courrier. Rien de bien passionnant, des factures, un appel à ma générosité pour sauver un enfant d’Afrique d’une mort atroce, une publicité pour une marque automobile qui sort ses griffes et se décapote pour l’été, un toutes-boites et enfin mon journal dont je parcoure les grands titres en m’arrêtant sur un article concernant le réchauffement climatique. J’imagine que le climat doit se réchauffer dans mon salon où Mehdi et les deux voisins matent un Cadinot en s’astiquant la queue. J’irai volontiers les rejoindre mais, si je n’ai aucun scrupule par rapport à Mehdi que je ne connais que depuis peu, j’ai quelques réticences avec Kévin et Erwin que j’ai vu naître et grandir. Même s’ils ont atteint l’âge de la majorité sexuelle, ils restent mes jeunes voisins que je vois encore comme des enfants. Et puis, j’entretiens avec leur mère d’excellents rapports de voisinage et de travail que je ne voudrais pas détériorer si jamais elle apprenait ce qui se passe chez moi avec ma complicité.

Pourtant, ce n’est pas l’envie d’aller les rejoindre qui me manque. Mon esprit gamberge. Entre le désir et les convenances, j’hésite. Je ne peux plus me concentrer sur ma lecture. Il fait trop chaud dans mon salon pour que la fonte des banquises polaires puisse retenir mon attention. L’appel du plaisir l’emporte sur les tabous, je me lève et me rends au salon sous prétexte d’avoir quelque chose à y prendre.

Le spectacle est excitant et je regrette de ne pas avoir de camera pour filmer la scène. Ils sont tous les trois sur le divan. Erwin est au centre, jambes écartées et jeans sur les chevilles ; Mehdi est assis à sa droite, la tête penchée sur son jeune voisin, il le suce avidement tout en se caressant le sexe en érection. Kévin est debout à la gauche de son frère, un pied par terre l’autre sur le divan, il offre son sexe à la bouche gourmande de son cadet. Ses fesses rebondies attirent mon attention. Je m’approche pour les caresser : belle peau de pêche douce. J’y dépose un bisou. Il relève la croupe et, se prenant les fesses en mains, il les écarte pour m’offrir son anus échaudé, petite rosette serrée entourée de quelques poils blonds.

L’invitation ne se refuse pas. Prenant ses fesses fermement en mains, j’approche ma langue de sa raie et la lèche en salivant un maximum sur son petit trou d’amour que j’essaie de dilater en y insérant la langue. Lui bouffer ainsi le cul me provoque une grave érection gênée par des vêtements trop serrés. Pendant que j’enlève mon pantalon et mon slip, Kévin descend du divan et enlève son t-shirt pour se retrouver complètement nu à genoux aux pieds de son frère qui, tout comme lui, enlève le haut. Mehdi ne se fait pas prier pour faire de même, libérant pendant quelques instants le sexe d’Erwin qu’il était en train de sucer. Kévin en profite pour s’emparer du sexe de son frère, le cul relevé pour se faire tringler. J’invite Mehdi à venir se régaler de ce fessier d’ange. Nos langues se relaient sur l’anus échauffé, nous le léchons, nous le doigtons. Je me relève pour aller chercher du lubrifiant et des préservatifs.

J’en offre un à Mehdi qui se l’enfile pendant que je lubrifie abondamment l’anus de Kevin. Quand tout est prêt, Mehdi se positionne délicatement sur le trou d’amour de Kévin qu’il pénètre doucement. Erwin est excité par le spectacle et gémit du plaisir que lui fait son frère en lui suçant la queue. Il se caresse les tétons et s’humecte les lèvres en se passant la langue dessus. Il me regarde avec désir et me fait signe de m’approcher. Je m’assieds à côté de lui et approche mes lèvres des siennes pour les humidifier en les lui léchant. Il sort aussi sa langue pour me lécher la mienne puis il me fait comprendre que je dois me lever. Ce que je fais volontiers.

Les deux pieds sur le divan de part et d’autre de ses cuisses, j'offre à Erwin mon sexe à sucer. En me prenant les fesses à deux mains, il m’attire à lui et gobe ma bite jusqu’à la garde, jusqu’à en suffoquer. Puis, il me repousse légèrement pour ne plus sucer que mon gland. Ramenant ses mains vers l’avant, il s’empare des ma hampe et de mes couilles. Tout en continuant à me lécher et à me sucer, il se met à me masturber vigoureusement. Il ne faut pas longtemps avant que je ne sente monter la sève. J’essaie de me retirer pour éviter une éjaculation trop rapide mais il me retient fermement en me branlant encore plus rapidement.

Son corps se contracte et sursaute sur le divan au moment où je jouis sur son visage. Je me retire et descends du divan en me retournant pour regarder où en sont Kévin et Mehdi.  Toujours à genoux entre les jambes allongées de son frère, Kévin a relevé la tête et le tronc ; le sperme d’Erwin lui dégouline de la bouche, il se branle rapidement et dans un grand râle fait gicler son foutre chaud sur le tapis persan et sur les cuisses de son cadet. Mehdi quant à lui se termine en jouissant sur le dos de Kévin.


Si les aventures de Mehdi vous intéressent toujours, je vous raconterai la prochaine fois comment s'est passé sont premier réveillon gay.


Vous aussi, vous pouvez participer à l'animation du blog en envoyant vos récits, qu'ils soient imaginaires ou basés sur des expériences vécues, l'essentiel étant qu'ils soient en rapport avec les thématiques de ce blog : fantasmes gays incestueux, relations sexuelles entre jeunes mecs et hommes plus âgés, ou tout simplement le plaisir du sexe entre mecs.

N'hésitez donc pas à nous écrire en utilisant le formulaire de contact qui se trouve à droite.










A la demande de notre ami Xersex, je termine ce billet par une petite question :

Chris Hemsworth s'exhibe-t-il en nu intégral ou s'agit-il d'un montage ?



11 commentaires:

  1. Bonjour les Garçons des belles forêts Ardennaises

    Les récits des aventures du séduisant Medhi sont très alléchants

    Les photos jointes ne sont que du pur bonheur

    Je vous souhaite une agréable journée

    Amicales pensées - Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Patrice. Tes compliments me vont droit au cœur.
      Bonne journée à toi. Bisous.

      Supprimer
  2. Hello Les Garçons,
    Je n'ai rien à ajouter, si ce n'est mille mercis
    Douce journée et gros bisous depuis les bords du Léman
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tes encouragements, Philippe.
      Bonne journée au bord du Léman. Bisous.

      Supprimer
  3. Les photos donnent envies !

    Passez tous de bonnes fêtes de fin d'années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passez vous aussi de bonnes fêtes de fin d'année, François.

      Supprimer
    2. Merci François, je te souhaite moi aussi de bonnes fêtes ainsi qu'à Lionel.

      Je souhaite aussi de bonnes fêtes à tous les lecteurs et bien sûr à Kalinours et Damien.
      J'espère que vous vous amuserez. Ce ne sera pas mon cas puisque moi je serais au boulot. Je bosse samedi et dimanche.
      Philippe a une semaine de congé à partir de vendredi.
      Moi, je suis seulement de repos aujourd'hui et demain mercredi.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas cool de travailler les deux jours. J'espère que tu auras quand même tes soirées et que tu seras libre le week-end du nouvel an, bien que ce n'est pas aussi évident dans ton boulot.
      Bisous à toi et à Philippe.

      Supprimer
    4. Tu n'as pas de chance de bosser pour les fêtes ! Tu fais un drôle de boulot que je ne voudrais pas faire. Les horaires dans l'hôtellerie sont trop chiantes.
      Surtout pour moi qui devient de plus en plus fainéant.

      Supprimer
  4. Chris Hemsworth est un montage. Je ne peux pas croire qu'un acteur de ce niveau est si nu et si excité. 150% un montage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour croire que c'est bien lui, il aurait fallu que tu croies encore au Père Noël. Sinon, la magie ne fonctionne plus, tant pis.

      Supprimer