dimanche 4 décembre 2016

Un gang bang pour le jeune Mehdi


 Il ne faudrait pas nous faire passer des vessies pour des lanternes. Des voix, et non des moindres puisque certaines aspirent à exercer la plus haute fonction, s'élèvent pour remettre en question l'adoption des enfants par des couples de même sexe. L'argument évoqué est l'intérêt supérieur de l'enfant. L'argument serait de poids s'il était pertinent, mais il ne l'est pas. Pourquoi deux papas ou deux mamans seraient-ils incapables de garantir l'intérêt de l'enfant ? Et qui peut affirmer de bonne foi que des parents hétérosexuels élèvent toujours leurs enfants correctement en respectant leurs droits fondamentaux ? Les exemples ne manquent pas d'enfants martyrs élevés dans des familles dites "normales" avec une maman et un papa. L'histoire de Mehdi dont voici le cinquième épisode est une fiction mais les situations qui y sont évoquées sont loin d'être pure invention. La cruelle réalité dépasse souvent la fiction.


Si vous souhaitez lire ou relire les épisodes précédents, suivez ces liens :



 Entre Mehdi et moi, c’est l’entente totale, le bonheur presque parfait et j’apprécie l’équilibre que j’ai retrouvé depuis qu’il s’est installé chez moi. Il s’occupe de tous les travaux ménagers pendant que je suis au boulot. C’est une joie de rentrer chaque soir dans une maison impeccablement rangée et d’y être accueilli par le sourire et les câlins de mon « Monsieur Propre ».
Le bonheur serait total s’il n’y avait pas l’entêtement de Mehdi à faire reconnaître ses droits paternels sur l’enfant que Sabine attend.

  • Quand l’enfant sera né, je ferai constater son incapacité à s’en occuper et je demanderai le droit de garde, m’a-t-il confié.

Je ne doute pas de sa capacité à s’occuper d’un enfant. Il ferait certainement un bon père mais la partie est loin d’être gagnée. C’est la guerre ouverte entre les deux futurs parents. Sabine prétend que l’enfant n’est pas de Mehdi mais de Gérard, son nouveau mec. Mon jeune ami est décidé à se battre jusqu’au bout et veut réclamer un test ADN pour prouver sa paternité.

  • Je ne veux pas que mon enfant connaisse avec elle ce que j’ai vécu avec ma pute de mère, répète-t-il sans cesse.

Sa future « paternité » le perturbe énormément en lui rappelant des souvenirs d’enfance qu’il me raconte en pleurant.

  • Le pire de l’horreur, c’était au temps de Gilbert. Ma mère ne dessaoulait pas de toute la journée. Elle était incapable de s’occuper de son ménage et c’est moi qui devais tout faire. Pourtant, je n’avais pas plus de douze ans. Tu imagines bien que dans cette ambiance-là, je n’aurais jamais pu être un bon élève à l’école. Si je n’avais pas connu tout ça, j’aurais fait des études et j’aurais une bonne situation aujourd’hui.
  • Il n’est pas trop tard. Tu peux reprendre des études. Je suis là pour t’aider.
  • En plus, Gilbert ramenait souvent à la maison des copains qui ne valaient pas mieux que lui. Il m’envoyait à la cuisine pour leur préparer des pâtes pendant qu’ils s’enivraient et quand je leur apportais, c’est à peine s’ils y touchaient tellement ils étaient saouls. Puis ça se terminait toujours de la même façon, en grosse orgie.
  • Une grosse orgie à laquelle tu assistais.
  • Non pas toujours. Je me réfugiais dans ma chambre mais parfois, ils me forçaient à y participer.
  • Et tu n’avais que 12 ans ?
  • Oui. Un jour, j’étais dans ma chambre et Gilbert se met à gueuler après moi. Je fais celui qui n’entend pas, alors il gueule plus fort et finalement monte dans ma chambre et me fait sortir de mon lit. Il me dit qu’ils n’ont plus rien à boire et que je dois allez lui en chercher au magasin de nuit. J’ai le malheur de lui dire que je ne veux pas y aller, que c’est trop tard, que je veux dormir et qu’il n’a qu’à y aller lui-même ou boire du café. Il me flanque une gifle en pleine figure puis m’attrape par la taille et me fait coucher sur ses genoux pour me donner une fessée magistrale. Je gueule et il gueule que je dois me taire, si bien que nos cris font monter ses copains qui rentrent dans la chambre en riant. Il y a alors un de ses copains qui lui dit d’arrêter d’abîmer ces belles fesses et qu’il y a des choses plus agréables à faire avec des belles fesses comme celles-là. Cette remarque les fait tous rire encore plus fort et Gilbert répond à l’homme qu’il lui laisse mes fesses et qu’il pourra en faire ce qu’il voudra mais que je dois d’abord aller chercher à boire.
  • C’est vraiment dégueulasse et donc finalement tu as dû aller au magasin.
  • Oui, mais ce n’était pas la porte à côté et le mec qui voulait mes fesses s’est proposé pour y aller en voiture avec moi.
  • Il était plutôt sympa, ce mec-là.
  • Oui, c’est ce que j’ai cru sur le moment. D’abord il me sauvait les fesses, ensuite il m’évitait de faire des kilomètres à pieds pour aller chercher leurs satanées bouteilles. On est donc allé chercher les bouteilles au night-shop. Puis on est rentré.
  • Ils avaient ce qu’ils voulaient. Ils t’ont laissé tranquille.
  • Que tu crois. J’aurais mieux fait d’y aller à pieds, ça aurait pris tellement de temps qu’ils se seraient lassés et qu’ils seraient tous rentrés chez eux. Tandis que là…
  • Ils étaient encore tous là.
  • Oui ils rigolaient tous comme des bossus et ils fumaient… et pas des cigarettes normales !
  • Du shit ? 
  • Oui. Quand je suis rentré avec les bouteilles, ils se sont exclamés de plaisir d’avoir la bibine puis ils ont scandé ‘Mehdi à poils on veut voir tes fesses’. Ils m’ont fait monter sur la table pour que je fasse un striptease. Je refusais évidemment mais ils ont échauffé le mec qui était venu avec moi au magasin en lui disant ‘Vas-y Armand, fais-nous voir ses fesses et ce qu’on peut faire avec’. Gilbert en rajoutait en disant que si je ne faisais pas ce qu’on me demandait, c’est la fessée qu’il allait encore me donner et que je ne pourrais plus m’asseoir pendant des jours.
  • Et ta mère ? elle était complètement ivre comme toujours, je suppose.  Elle ne disait rien.
  • Elle était affalée à moitié inconsciente dans un fauteuil mais elle à quand même dit quelque chose.
  • Ah quand même ! Et qu’est-ce qu’elle a dit ?
  • Allez Fifi, fait leur plaisir, tu vois bien que c’est pour s’amuser.
  • Drôle de façon de s’amuser.
  • Et ça s’est fini comment ?
  • Je suis monté sur la table et je me suis déshabillé. Armand qui s’était déjà remis dans la même tenue que les autres, c'est-à-dire avec seulement le caleçon sur lui est monté sur la table aussi  pour m’enlever mon pantalon et mon slip. Puis il m’a fait coucher sur le ventre et s’est couché sur moi pour m’enculer pendant que les autres gueulaient et riait. Quand il a joui dans mon cul, j’ai cru que c’était fini.
  • Et ce ne l’était pas !
  • Non après Armand, c’est le deuxième qui est passé, puis le troisième et enfin Gilbert qui a terminé la série.
  • Ils ont tous joui en toi ?
  • Oui. Quand Gilbert a eu fini. J’ai pu me relever et aller me coucher. J’avais leur sperme qui me sortait du cul et qui me dégoulinait sur les fesses et sur les cuisses. Je t’assure que je n’en ai pas dormi de la nuit.
  • C’est dégueulasse. Tu n’en as jamais parlé à personne ? A des profs ou à l’assistante sociale de l’école ?
  • Non, j’avais bien trop la honte.



Qui peut affirmer avec certitude que de tels sévices n'existent pas ? Pourtant, je ne me souviens pas qu'il y ait jamais eu de grande "manifestation pour tous" dénonçant de tels faits et réclamant l'instauration d'un permis d'élever des enfants. En réalité, pourvu que les parents soient hétérosexuels, l'intérêt supérieur de l'enfant devient tout à fait secondaire. Ce qui prime alors, c'est la liberté des chefs de famille d'éduquer leur progéniture comme bon leur semble. Même en cas de maltraitance avérée, rares sont les enseignants ou éducateurs, médecins, voisins ou amis de la famille qui osent intervenir.


Promis, le prochain épisode sera plus joyeux, ou plus gay si vous préférez.


Bonne semaine à tous !





21 commentaires:

  1. Bonsoir

    Philippe et moi avons enfin regardé le film "10 attitudes".
    Nous n'avons pas détesté mais nous avons été un peu désarçonné par le style du film tourné façon reportage. Nous avons, malgré tout, bien aimé la fin auquel on ne s'attendait pas.

    Samedi après midi, nous n'avions pas envie de sortir alors nous avons regardé une série gay que je vous propose. C'est une série américaine. Son titre : "Looking"
    La série ne comporte que deux saisons, une de huit épisodes, la deuxième de dix épisodes. Chaque épisode dure 26 minutes. Ce qui nous a permis de la visionner en une seule fois entre l'après midi et la soirée. En langue française.
    C'est l'histoire de trois amis gays à San Francisco (Patrick, Dom et Agustin). La série est de Andrew Haigh, le réalisateur du film britannique "Weekend" que je vous avais proposé il y a quelques semaines.
    Avec les acteurs Jonathan Groff (Patrick), Murray Bartlett (Dom) et Frankie J. Alvarez (Agustin). On peut également y voir l'acteur anglais Russel Tovey que j'adore et qui est super craquant avec ses oreilles décollées.

    La série s'est arrêté à la deuxième saison faute d'audience mais un téléfilm d'une heure trente minute a été tourné pour clôturer la série de manière correcte. Malheureusement, nous n'avons pas réussi a trouvé ce téléfilm en streaming en français ou au moins en VOSTFR. Il n'est disponible en streaming qu'en langue anglaise non sous titré en français. Philippe et moi ne maitrisons pas suffisamment l'anglais pour pouvoir le regarder.
    Si donc quelqu'un parmi vous connait un site de streaming où on peut le visionner au moins en VOSTFR merci de nous le signaler.
    Le titre du téléfilm est tout simplement "Looking the movie" (Looking le film).
    C'est une très jolie série, je vous la conseille donc.
    Sachez que les acteurs Jonathan Groff, Murray Bartlett et Russel Tovey sont de vrais gays dans la vraie vie. Mais pas l'acteur Frankie J. Alvarez (Agustin) qui est hétéro.
    Bon visionnage.

    J'étais de repos vendredi et samedi mais je travaillais dimanche. Mais je suis de nouveau de repos lundi et mardi. Je déteste quand mes repos sont trop rapprochés car j'ai peur de travailler huit jours d’affilés par la suite.
    Heureux ceux qui ont des jours de repos fixes.

    Bonne soirée ou plutôt nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Corentin pour cette nouvelle proposition. C'est une série que je ne connaissais pas. Elle a été diffusée en France et si oui sur quelle chaîne ? On peut la voir en streaming gratuit ?
      Pour le film, il faut voir s'il existe en VF ou en VOSTFR. Si vous n'avez pas trouvé, il est probable que ça n'est pas ou pas encore sur le marché.
      Bonne nuit à vous deux.

      Supprimer
    2. Salut

      Philippe est couché depuis un moment mais je traine encore devant la télé (et devant l'ordi), je ne travaille pas demain. Je ne vais pas trainé trop longtemps malgré tout parce que Philippe risque de gueuler.

      Concernant la série "Looking", je ne sais pas sur quelle chaine elle est passé en France. Sans doute sur une chaine satellitaire, je ne crois pas qu'elle soit passé sur une chaine de la TNT. Mais je ne n'en sais rien en fait.
      Je n'en avais jamais entendu parler. C'est en cherchant sur le net un film gay à pouvoir regarder qu'on est tombé dessus. On a donc décidé de la regarder.
      On l'a regarder sur un site de streaming gratuit. On ne paye jamais pour regarder quoi que ce soit. Mais ne me demande pas quel site c'était, je ne sais plus. On essaie plusieurs sites jusqu'à qu'on trouve sur lequel une série est disponible.
      Alors oui, c'était en VF.
      Mais le téléfilm on ne l'a trouvé qu'en anglais non sous titré. C'est pourtant pas faute d'avoir cherché. Alors, on ne l'a pas regardé puisqu'on ne maitrise pas l'anglais ni l'un ni l'autre. C'est pourquoi, je demandais si quelqu'un connaissais un site où il était disponible en VF ou en VOSTFR. Le VOSTFR ne nous dérange pas, j'y suis habitué et Philippe en a pris l'habitude lui aussi. Avec moi, il n'a pas le choix.

      Cette série est vraiment très bien, c'est pourquoi il est dommage qu'on ait pas vu le téléfilm.

      Bisous

      Supprimer
    3. Salut Corentin. J'espère que tu as bien profité de ton jour de congé. Pour moi, c'est la même chose, je ne regarde que les films en streaming gratuit à part l'abonnement que j'ai pris sur Netflix pour les séries que nous regardons. C'est mieux qu'à la télé où elles passent au compte-goutte et à des moments qui ne me conviennent pas. Pour "Looking le film", je n'ai rien trouvé, déjà que je n'ai pas non plus trouvé la série en gratuit. Mais c'est vrai que je n'ai pas cherché longtemps.
      Bisous.

      Supprimer
    4. Je t'assure que la série est disponible en streaming gratuit. Nous n'avons pas Netflix mais j'ai déjà regarder une série de Netflix (Orange is the new black) mais sur des sites de streaming gratuit.

      Supprimer
    5. Je veux bien croire que ça existe. Comme je te l'ai dit, je n'ai pas cherché longtemps mais les sites sur lesquels je suis tombé me demandaient de m'inscrire, ce que je ne veux pas faire.

      Supprimer
    6. Il ne faut surtout pas s'inscrire sur ses sites sinon ils te bombardent de pub.

      Supprimer
    7. C'est la raison pour laquelle je refuse de m'y inscrire.

      Supprimer
  2. Bonsoir

    Je visite votre blog de temps en temps. Bien que je l'aime bien, je ne suis pas très assidu à vous suivre au jour le jour.
    J'ai quand même remarqué que certains d'entre vous racontent régulièrement leurs aventures avec parfois des sujets à faire bouillir de haine tous les détracteurs des homosexuels.

    C'est pourquoi, j'ai décidé de vous raconter ce qui m'est arrivé pas plus tard que dimanche après-midi. Ce sera ma petite contribution à votre blog. Et je pense que cette aventure mérite d'être raconté sur un blog comme le votre. D'autant plus que je n'en ai pas honte du tout.

    Tout d'abord, que je me présente un peu :
    Je m'appelle Raynald, j'ai 56 ans, divorcé, deux filles et un fils. Je suis homosexuel depuis l'âge de 12 ans. En fait, j'ai eu aussi des relations hétérosexuelles à partir de 15 ans. Plus tard, j'ai eu également des aventures carrément bisexuelles. La première fois, j'avais 20 ans lorsque j'ai rencontré un couple (homme femme) dans la quarantaine avec qui j'ai baisé. Autant avec monsieur qu'avec madame.

    J'ai cessé mes rencontres bisexuelles quand j'ai rencontré ma femme. A partir de là, je n'ai eu des relations hétéro qu'avec mon épouse mais en faisant des rencontres homosexuelles dans son dos. Après quelques années de mariage et trois enfants, j'ai divorcé.
    Je n'ai plus depuis que des relations homo. Je n'ai jamais eu de compagnons. J'aime changer de partenaires. Mais j'aime quand même revoir régulièrement plusieurs d'entre eux sans engagement autre que sexuels.

    Maintenant, je vais vous raconter mon aventure.
    Dimanche après-midi, je vais au sauna. Après quelques amusements peu engageant, je rentre dans une cabine percée de glory holes. Un mec, de l'autre côté de la cloison, vient me sucer puis s'en va. J'attends un peu et un autre mec vient me sucer à son tour. Il me suce divinement bien, puis d'un coup je sens que le mec se retourne pour me tendre son cul au niveau du glory hole et se frotte à ma bite.
    Je l'encule, cela dure un moment. Il a un très bon cul. Tellement bon, qu'au bout d'un moment, j'éjacule direct dans son cul puisque je l'avais pris sans capote. Le gars dégage son cul de ma bite et me suce pour me la nettoyer. Ensuite, il passe sa bite dans le trou et je le suce à son tour. Très vite, il éjacule et j'avale tout ce qu'il crache. Je lui nettoie bien la queue.
    Une voix me dit merci et j'entends que le mec va sortir de sa cabine. Je veux voir à quoi il ressemble, alors je sors de la mienne.
    Et là, nous tombons nez à nez aussi surpris et mal à l'aise l'un que l'autre. Le mal à l'aise s'estompe bien vite quand nous réalisons que nous venons de baiser l'un avec l'autre caché par une cloison. Je découvre son secret et il découvre le mien.

    Le mec n'était autre que le mari de ma fille cadette. Mon gendre donc. Il s'appelle Arnaud, 32 ans, c'est un beau mec bien bâti, tout à fait mon genre. Je l'ai toujours trouvé bien à mon goût mais de là à penser qu'il était homo pratiquant, je ne le pensais pas.

    Nous avons passé le reste de l'après-midi ensemble à discuter de tout cela. Ce qui l’inquiétait était ce que je pensais de ma découverte et si j'allais le dénoncer à ma fille. Évidemment non ! J'étais en fait ravi de cette découverte. Et je suis ravi qu'il a toujours préféré les mecs. Il ne savait pas pour moi non plus. On s'est raconté nos histoires, il m'a tout raconté, j'ai fait la même chose.

    On a décidé qu'on remettrait cela au sauna ou chez moi. On ne pourra pas le faire chez lui puisque c'est aussi chez ma fille.

    Un nouvelle vie s'annonce et je pense qu'elle sera riche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressante ton histoire Raynald ! Quel choc cela dû être pour vous deux de vous découvrir dans un sauna gay et en ayant compris que vous veniez de baiser ensemble.

      C'est toutefois un jeu dangereux, même si vous n'en avais pas honte comme tu le dis. Il vaut mieux que ta fille n'apprenne rien sinon bonjour les dégâts.
      Mais bon vous êtes grands tous les deux et je ne veux pas donner de leçons.

      Mais c'est sûr qu'une nouvelle vie s'annonce pour vous deux si vous le gérer bien.

      Supprimer
    2. Bonsoir Raynald et merci pour ton message ! J'imagine bien votre embarras quand vous avez vu qui vous étiez. Toutefois, passé le moment de surprise, vous avez dû comprendre tous les deux que c'était finalement un heureux hasard qui vous avait servi car aucun de vous deux n'avait intérêt à en parler à quiconque. Maintenant que vous savez exactement ce qu'il en est, vous pouvez en profiter pour remettre le couvert chaque fois que l'occasion se présente et je suppose que les prétextes ne vous manqueront pas pour vous retrouver seuls chez toi. Mais assurez-vous bien à chaque fois que ta fille ni personne d'autre ne puisse vous surprendre ou se douter de quoi que ce soit, sinon bonjour les dégâts comme le dit Corentin. Prudence donc si vous souhaitez en profiter au maximum !
      Je vous souhaite que cette nouvelle vie qui s'annonce soit riche en plaisirs partagés.

      Supprimer
    3. Il me semble me rappeler qu'un mec avait témoigner ici avoir une relation avec son ex gendre et qu'il avait dû changer de région quand leur relation avait été découverte. Ils étaient restés en couple malgré la rupture totale avec le reste de leur famille.

      Supprimer
    4. C'est tout à fait exact. A l'époque où ils s'étaient fait surprendre, le beau-fils était toujours en couple avec la fille si j'ai bonne mémoire. D'où la nécessité pour Manuel et son beau-fils d'être très prudents et de ne surtout pas baiser chez la fille et le beau-fils.

      Supprimer
    5. Ce n'est pas Manuel, c'est Raynald ! Manuel c'est celui qui veut avoir une relation gay avec son fils.

      Supprimer
    6. Excuse-moi pour cette erreur, Raynald. Heureusement que tu es là pour rectifier, Corentin, j'avais la tête de travers.

      Supprimer
  3. Bonjour Damien , Bonjour Jean ,

    J'espère que vous allez bien et que votre semaine s'annonce au mieux

    Superbes récits qui embellissent ma matinée et mon début de semaine - merci les Garçons

    Coïncidence car mon étalon qui m'a chevauché tout ce weekend ce prénommait Medhi celui-ci a tellement pris son pied ( moi aussi ) qu'il gémissait comme un chiot...lol

    J'ai trop hâte de le revoir ainsi que ses potes , plus on est de fou et plus on jouit....miam

    Bravo et merci pour les confidences de Raynald superbe récit et fabuleuse découverte je lui souhaite tout le bonheur du monde et des ébats sensuels avec son gendre .

    Concernant les gays qui adoptent des enfants deux hommes ou deux femmes sont largement plus compétents pour prendre en charge l'éducation d'un enfant

    De plus avec les couples gays les enfants sont beaucoup plus épanouis intellectuellement

    Chaque jour l'amour et la tendresse embellissent leur vie ( je suis entouré de couples gays deux hommes - deux femmes avec des enfants )

    Personnellement j'ai un diplôme qui m’autorise à prendre en charge des enfants de bébé à l'adolescence , lors de la formation m'a formatrice référente me précisait :

    " Patrice vous avez l'instinct maternel plus développer que là plupart des mères de famille que je côtoie "

    Lorsque l'on voit tous les enfants d'hétéros livrer à eux mêmes , des P'tits bouts de choux de quatre ou cinq ans qui trainent dans mon quartier lorsque la nuit est déjà tombée

    Que font les parents pour remédier à ça ? rien ! ils sont devant le pack de kro ! les gamins ils s'en foutent !

    N'oublions pas tous ceux martyriser - violer - tuer par les couples d’hétéros

    Ceux qui n'ont aucun repère , ceux en manque d'amour et d'affection ! il faut se poser les bonnes questions !

    Bonne journée les beaux garçons des Forêts Ardennaises

    Agréable semaine ainsi qu'à vos lecteurs

    Amicales pensées Patrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Patrice et merci pour ton message. Ainsi donc tu étais (et est toujours même si tu ne travailles plus) qualifié pour travailler en pédiatrie. Que certains hommes, dont toi, soient plus aptes à s'occuper d'enfants que beaucoup de mères, il n'y a pas de doute là-dessus. Pas plus qu'il y en a concernant la capacité des couples homos d'élever correctement des enfants. Il faut vraiment être de mauvaise fois pour en douter. D'ailleurs, je suis certains qu'il y a des parents maltraitants dans ceux qui participent aux manifestations "pour tous".
      Bonne journée à toi et amicales pensées des forêts d'Ardenne.

      Supprimer
    2. Cela est sûr que dans les manifs pour tous, il y a des gens qui maltraitent leurs gosses.
      Et ceux qui emmènent leurs enfants à ces manifs sans savoir si leurs gosses seront gays ou lesbiennes à l'âge adulte ? C'est en tous les cas ce que je leur souhaite.

      Et qui leur dit que leurs gamins hétéro ne soient pas des violeurs à l'âge adulte ? Mais sans doute que ces gens là pensent que c'est plus respectable d'avoir un fils hétéro et violeur en série que d'avoir un fils pédé ayant une vie rangé.

      Supprimer
    3. Je suis bien d'accord avec toi, Corentin. De toute façon, les fanatiques qui participent aux manifs pour tous ont des morts sur la conscience. Je ne souhaite à aucun jeune homo d'avoir de tels parents, ni à aucun jeune tout court d'ailleurs.

      Supprimer
  4. Bjour tous les amis,
    Merci à Jean pour la suite du récit de Medhi, à Raynald pour son témoignage ainsi qu'à Patrice.
    Je ne puis qu'abonder dans votre sens, il est malheureux que des enfants soient la proie de détraqués tant sur le plan sexuel que sur le plan affectif. A tous je souhaite un belle suite de semaine et vous fais plein de bisous. Câlins à Jean et à Damien qui tiennent ce blog merveilleusement bien.

    Celui qui reste ô bord du Léman
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Philippe et merci pour ton message. Il y a aussi la maltraitance psychologique dont on pourrait parler. Que penser de ces parents qui déversent leur haine homophobe à longueur de journée sans se douter qu'un de leurs enfants pourrait être homo (et pire encore quand ils savent qu'il l'est) ? N'est-ce pas une maltraitance qui est de nature à détruire leur gosse ?
      Je te souhaite une bonne journée tel Lancelot au bord du lac et t'envoie des bisous des forêts où naissent les sapins de noël.

      Supprimer