dimanche 19 mars 2017

Rencontre furtive dans les toilettes de la gare


 Les toilettes d'une gare sont un lieu de passage parfois bien fréquentés où on peut s'attarder entre deux trains pour tuer le temps entre hommes qui ont peu de chance de se revoir par la suite. Voici le témoignage qu'un visiteur du blog nous a laissé dans les commentaires de l'article du 31 août 2016...


Les toilettes publiques de cette bd me rappellent celles du premier contact homo de ma vie. Ce n'était pas des toilettes de plage mais celles d'une gare.

Je voyageais de Béziers à Vierzon en train avec une correspondance d'une heure trente à Toulouse. A Toulouse, je suis allé repérer le quai pour ma correspondance. J'ai mis mon sac de voyage en consigne et suis allé aux toilettes. Un seul urinoir était libre entre deux mecs.

Le type à droite est parti aussitôt. En pissant, j'ai remarqué que le type à gauche faisait des vas-et-viens sur sa bite et lorgnait sur la mienne. J'en ai fait autant, comme souvent les mecs qui pissent côte à côte dans les toilettes publiques même s'ils ne sont pas gays. C'est presque automatique, sans doute l'avez vous déjà remarqué.

Mais c'était différent, puisque le mec se branlait à côté de moi. C'était la première fois que cela se produisait. Tournant la tête vers lui, j'ai vu qu'il souriait. La situation était inattendue, cocasse et excitante, et ma bite a commencé à gonfler. On s'est branlé côte à côte un moment, sans rien dire. Il a allongé son bras droit vers moi et a saisi ma bite. J'ai eu un léger recul mais ma bite est devenue encore plus dure alors je l'ai laissé faire. Il me branlait doucement et c'était bon. D'un léger signe de la tête, il m'a invité à faire pareil sur lui. Alors j'ai approché ma main gauche de sa bite et j'ai commencé à le branler doucement. Nos bites étaient tellement dures qu'elles semblaient ne l'avoir jamais été autant. On est resté comme ça, quoi, deux minutes maxi, jusqu'à ce qu'un mec rentre dans les toilettes. On s'est lâché la bite prestement. J'ai remballé et je suis allé aux lavabos me laver les mains. Le gars lui, est resté à l'urinoir et s'est tourné vers moi. Il semblait vouloir me dire de ne pas partir mais l'intrus étant toujours là, j'ai préféré sortir. J'ai récupéré mon sac à la consigne et je suis allé sur le quai attendre mon train pour Vierzon.

Assis sur un banc, j'ai vu arrivé le gars accompagné d'une femme, sa femme. En fait, ils allaient prendre le même train que moi. Quand ils sont passés près de moi, le gars m'a regardé et m'a souri d'un air entendu. J'ai répondu à son sourire et c'était empreint d'une grande complicité entre lui et moi. C'était bizarre pour moi puisque que c'était la première fois que cela m'arrivait. Mais c'était sûr, il y avait quelque chose qui se passait et il y avait une grande complicité entre deux mecs. Nous nous jetions des regards discrets mais appuyés et échangions des sourires. Pour lui, c'est sûr, ce n'était pas la première fois.

Le train est arrivé et nous sommes montés dans nos wagons respectifs. Nous n'étions pas dans le même mais il prenait bien avec sa femme le même train. Je ne sais pas à quelle gare ils sont descendus. Moi, sur mon siège, je ne pensais qu'à ce qu'il venait de se passer.

Le soir, à Vierzon, je me suis masturbé en pensant à lui et j'ai fini seul ce que nous n'avions pas pu finir ensemble. Je me suis souvent masturbé en repensant à cela.

Quelques temps plus tard, je me suis séparé de ma copine, pas seulement à cause de ça mais cela a contribué. Nous avions déjà des problèmes de couple avant mon voyage à Vierzon.

Je ne sais rien du mec, je n'ai même pas entendu le son de sa voix. Et lui, pas plus sur moi. Je me suis souvent demandé ce qu'il serait arrivé si le type ne nous avait pas dérangé aux toilettes et s'il avait voyagé sans sa femme.

J'aime à penser, même si je me fais sans doute des illusions, que même plusieurs années après, il a parfois une pensée pour moi et notre rencontre. C'est peu probable puisqu'il me parait évident qu'il avait l'habitude de ça. Je ne dois être pour lui qu'un coup parmi d'autres qui s’oublie au bout de quelques jours.

C'était ma première fois, je ne peux pas l'oublier. Je suis totalement homo aujourd'hui.


 Avez-vous aussi des souvenirs comme celui-ci, de plans inachevés, interrompus à peine commencés, qui vous laissent le regret de n'avoir pas pu aller plus loin et que vous avez ensuite repassés plusieurs fois dans votre tête en imaginant ce qu'ils auraient pu être ?


Voici par exemple ce qu'aurait pu être la suite de l'aventure interrompue de notre témoin anonyme ...









Bonne fin de week-end et bon début de semaine !

21 commentaires:

  1. On ressent bien que cette rencontre furtive et fortuite a marqué l'auteur de ce texte. Des années après, il se demande toujours qu'est ce qui serait arrivé s'il n'avait pas été dérangé et si son partenaire n'avait pas voyagé accompagné de sa femme.
    L'auteur nous fait bien comprendre ce que lui même avait ressenti lors de cette rencontre notamment cette grande complicité qui les avait unis.
    C'est étonnant puisqu'en fait, d'après ce qu'il raconte, il ne s'est pas passé grand chose. On ressent bien le regret de ne pas avoir pu mener au bout cette rencontre. Avoir le secret espoir que son inconnu pense encore à lui des années plus tard en est un signe.
    A mon avis ce n'est qu'une illusion comme il le dit lui même mais si cela lui fait plaisir de le penser, on ne va le lui enlever.
    Cette histoire l'a visiblement énormément marquée car maintenant il est homo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que ce soit cette aventure qui l'ait rendu homo, Corentin. Tout au plus, elle lui a révélé quelle était sa vraie nature. S'il n'y avait pas eu cette aventure, il y en aurait sans doute eu une autre un jour ou l'autre. Néanmoins, c'est certain que cela l'a énormément marqué, ce qui est assez normal pour une première fois.

      Supprimer
    2. Oui, c'est bien ce que je voulais dire

      Supprimer
  2. j'aime bien Damine Crosse!
    bonne printemps http://menforxersex.blogspot.it/2017/03/spring-printemps.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un très beau garçon. Il a été marié avec un Italien, ce n'était pas toi ?

      Bon printemps à toi !

      Supprimer
    2. Son mari c'était Francesco Di Maccho, un très beau mec lui aussi. Ils s'étaient mariés en Espagne où ils vivaient à l'époque. Ils sont divorcés maintenant mais ils sont restés amis et associés dans leur maison de production de porno. Depuis, Damien Crosse est en couple avec le russe Dato Foland.

      Supprimer
    3. Un beau mec lui aussi. D'ailleurs, ça ne me déplairait pas d'être pris en sandwich entre Damien Crosse et Dato Foland :o)

      Supprimer
    4. Gourmand !!!

      Supprimer
    5. voilà son ex mari
      https://en.wikipedia.org/wiki/Francesco_D'Macho

      Supprimer
    6. Et voilà Damien Crosse avec Dato Foland sous la direction de Francesco D'Macho :
      http://bananaguide.com/article/89710

      Supprimer
    7. Non, Corentin, pas gourmand mais gourmet !

      Supprimer
  3. Hello Kalinours,
    Cette histoire ressemble un peu à la mienne, sauf que quand j'ai découvert que j'aimais les hommes j'étais déjà marié avec une enfant handicapée. Je n'ai donc pas quitté mon épouse et ma fille; l'endroit qui m'a vu posé ma main sur une autre queue que la mienne s'appelle "Le Bois d'Amour", non, non ne rigole pas c'est la vérité. Puis, j'ai découvert un endroit à Lausanne qui se nomme le "Top", c'est le plus vieux sauna gay et j'y rencontre mon ami noir dont tu connais un l'histoire. Voilà, beaux souvenirs qui remontent à la surface.
    Bonne semaine et gros bisous depuis les bords du Léman sur la Riviera vaudoise.
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Philippe !
      "Le Bois d'Amour" ? Voilà un nom prédestiné pour de telles rencontres. Je suppose que ce nom lui a justement été donné parce qu'il s'agissait d'un lieu de rendez-vous galants.
      Ma curiosité m'a poussé à aller voir le site du Top Club à Lausanne. Ça ne semble pas mal du tout. En tout cas, c'est plus confortable que les toilettes d'une gare ou les bosquets d'un bois.
      Bonne semaine aux bords bleus du Léman et bisous depuis les forêts ardennaises

      Supprimer
  4. Je kif grave Damien Crosse , mâle séduisant viril à souhait .

    Superbe récit comme toujours ,

    Cela m'a remémoré les plans culs dans les toilettes des gares parisiennes ou ailleurs

    Parfois on se retrouvait à une dizaine dans les " chiottes " à baiser à couilles rabattues ...

    Tout comme les plans culs dans " les tasses " anciennes pissotières appelées communément vespasiennes très prisées par les gays , mais pas seulement lieu de rendez-vous des résistants pendant la Seconde Guerre mondiale .

    Bonne fin de journée à Tous les Deux ainsi qu'à vos visiteurs

    Amicalement Patrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Patrice, Damien Crosse est très séduisant et viril, comme tous les Damien à mon avis ;o)
      Je savais que les "tasses" étaient très prisées par les gays à une certaine époque, mais j'ignorais que les résistants de la seconde guerre mondiale s'y donnaient aussi rendez-vous.
      Bonne semaine et bisous amicaux.

      Supprimer
  5. Pour moi cette histoire me parle forcément puisque j'ai été dépucelé si j'ose dire dans des toilettes publiques , j'avais 17 ans et comme toujours j'avais été pisser a la station service sur l'autoroute , l'homme qui se trouvait à ma droite était déjà la quand je suis arrivé, tres vite j'ai compris qu'il se caressait et quand nous avons été que tout les deux il m'a montré son sexe , j'avais jamais touché un autre sexe que le mien mais là j'ai osé le branler , il a commencé à m'en faire autant , mais pour être plus tranquille il m'a attiré dans une cabine et la sans me laisser le temps il m'a pris en bouche , mon sexe était déjà engloutis , rapidement il m'a fait jouir puis il est sortis , je suis retourner retrouver mes parents , c'était ma première fois mais pas la dernière dans des wc . Le plus drôle si j'ose dire c'est que plusieurs jours apres j'ai croisé mon dépuceleur au coin de ma rue avec femme et enfant , et que nous sommes restés amants durant dès années et que niveau sexe il m'a tout appris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était vraiment un heureux hasard, cette rencontre dans les toilettes de l'autoroute, L-J. Le fait qu'il habitait près de chez toi était une véritable aubaine à côté de laquelle il aurait été malheureux de passer.
      Bonne semaine et bisous amicaux.

      Supprimer
  6. Belles photos pour agrémenter une très belle histoire.

    RépondreSupprimer
  7. Salut comme certains j'ai connu plan dans WC public ou j'ai été dépucelé , avant je n'avais que branle mutuelle entre potes, le mec avait 40a et marié moi j'avais 16a. Sam

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, Sam, petit coquin, tu devrais nous raconter cela en détail ;o)

      Supprimer