lundi 17 avril 2017

Un train d'enfer pour Steven et ses nouveaux amis


 Le long week-end pascal se termine. Nous espérons que vous l'avez passé très agréablement et que vous êtes en pleine forme pour aborder cette nouvelle semaine de travail et/ou de plaisirs gays.


Voici la suite du récit du mardi 28 mars dans lequel nous avons fait connaissance avec Steven qui, après s'être amusé avec un homme mature dans les toilettes de la gare, a poursuivi les festivités avec deux jeunes garçons qu'il a finalement invités à aller boire un pot chez lui.


Tant qu'à faire des folies, les deux jeunes copains complètement shootés avaient décidés de ne pas rentrer chez eux mais de prendre le train avec ce bel inconnu pour aller passer la nuit chez lui. Il est vrai que personne ne les attendait chez eux. Personne ne les avait jamais attendus, personne ne s'était jamais soucié de leur sort et par conséquent c'était aussi bien d'aller s'éclater avec Steven plutôt que de traîner jusque bien tard dans la rue.

Ainsi donc les voici dans le train qu'ils remontent jusqu'à la dernière voiture dans laquelle il n'y a personne. Ils s'installent confortablement tous les trois l'un à côté de l'autre sur la même banquette pour allonger les pieds sur celle qui leur fait face. Le plus jeune prend son sac et en sort son paquet de tabac et tout ce qu'il faut pour se faire une bonne 'cigarette' qui décoiffe... La cigarette passe de main en main, de bouche en bouche, on déconne, on rigole...

Fait chaud dans ce train... Steven veut ouvrir une fenêtre. Bien c'est sûr il y a l'air co, les fenêtres ne s'ouvrent pas. Il fait trop chaud, on se déshabille...

Les 3 mecs se retrouvent vite à poil et assis les uns à côté des autres, leurs mains recommencent à se balader sur le sexe du voisin. Les bites ne tardent pas à durcir. Ils se sentent bien, et à cette heure peu de risque d'être surpris dans ce train qui ne s’arrête pas avant 3 bons quarts d'heure. Steven est aux anges, il s'allonge sur la banquette, le petit mec se penche sur lui pour enfourner sa queue dans sa bouche avide de sexe. Pendant ce temps, son pote, le latino, s'installe derrière lui pour lui bouffer la rondelle. "Hummm c'est trop bon les mecs" dit Steven. Ils acquiescent et continuent leur ouvrage. Steven a la queue bien au fond de la gorge du petit minet qui le pompe divinement, lui-même ayant la langue de son pote qui lui fouille le petit trou. Tout à la joie de ces jeux plus qu'agréables, ils ne s'aperçoivent pas que dans le sas menant à leur voiture, quelqu'un vient d'entrer et, saisi de stupeur, s'arrête pour mater à travers la fenêtre. Il s'agit d'un jeune type d'environ 25 ans, avec veste bleu marine et casquette : le contrôleur du train. Pas insensible au spectacle qui s'offre à ses yeux, il sent une chaleur lui envahir le bas ventre, et sent que son sexe se tend sous son pantalon.
- "Contrôle des billets" crie le contrôleur en entrant dans le wagon tout en refermant la porte de séparation à clé et en baissant le store. 
Puis, apercevant le plus jeune, il ajoute :
- "Flagrant délit d'attentat à la pudeur et détournement de mineur, ça va vous coûter un max, sortez-moi vos cartes d'identité, vite fait et que ça saute". 
Les 3 mecs sont surpris mais au lieu de manifester une quelconque panique, ils se mettent à rigoler comme des malades.
- "Ah, ça va nous coûter un Max, rigole le latino, et bien le Max il est à vous, on vous le donne". 
Mais le contrôleur ne saisit pas la plaisanterie et insiste :
- "Vos papiers et plus vite que ça".
- "Oui ça va, répond le plus jeune, ok, les voilà, ça arrive, il n'y a pas le feu".
- "Mais si, s'esclaffe Steven, il y a le feu, on a le feu au cul nous". 
Le contrôleur ne semble pas d'humeur à plaisanter, il a déjà sorti son carnet pour rédiger les PV et veut se donner l'air le plus sérieux possible. Les 3 gars fouillent leur sac et finissent par sortir leur carte d'identité qu'ils tendent au contrôleur. Celui-ci regarde d'abord celle du plus jeune, puis l'air stupéfait, regarde le garçon puis de nouveau la carte qu'il retourne dans tous les sens avant de dire finalement :
- "Ce n'est pas votre carte, ça ? C’est un faux ? Déclinez votre identité. Votre nom c'est ?"
- "Max, Maxime Belboul"
- "Hum, oui, date de naissance ?"
- "3 août 1998"
- "Oui, c'est bien ce qui est écrit. Mais vous êtes majeur alors ?"
- "Ben oui." 
Le contrôleur rend les cartes d'identité à chacun :
- "Juan Largapollla, 8 avril 1999, vous êtes à la limite vous ! Steven Hannus, 25 décembre 1999, Ok ça va , je retire la prévention de détournement de mineurs, ça n'empêche que vous méritez une sérieuse correction". 
Sur ces mots, il enlève la ceinture de son pantalon...
Il enroule la ceinture un tour autour de son poignet et la tient comme s'il voulait s'en servir pour fouetter les contrevenants. Menaçant Max, il l'oblige à s'allonger sur la banquette, il le fait mettre sur le ventre cul en l'air puis lui donne un coup de ceinture sur les fesses. Ils les empoignent des deux mains et les écarte pour bien dégager la rondelle.
- "Voila un petit trou bien fermé qui n'a pas encore dû servir beaucoup, dit-il"
Puis il se met le majeur en bouche pour bien le mouiller de salive et tout de go l'enfonce dans le cul de Max qui lâche un cri strident de douleur. Le cri de Max n'arrête pas le contrôleur mais c'est bien clair que ça l'excite.
- "Ah ah, ça la fait crier la cochonne. Attends la suite, tu ne vas pas être déçue" lui dit-il en lui trifouillant le cul avec son doigt.
Il se tourne alors vers les deux autres qui regardent le spectacle en se caressant la queue. Puis après avoir bien regardé les deux queues, il dit à Steven :
- "Bon toi, ça te fait triquer hein. Arrête de te branler comme ça, t'as mieux à faire." 
Il oblige alors Steven à se coucher sur Max.
- "C'est ça, dit-il, maintenant que t'as la bite devant le trou, encule-le bien profond !"
Et il donne des coups de ceinture sur les fesses de Steven en répétant :
- "Mieux que ça"
Il dit  à Juan :
- "Maintenant à ton tour" 
Et il le fait mettre à genoux devant lui.
- "Détache mon pantalon... Prends ma bite... Suce-la... Mieux que ça... Mieux que ça, j'ai dit..." 
En même temps, il lui donne des coups de ceinture
- "Suce-moi et branle-toi en même temps..." 
De temps en temps il regarde les deux autres et donne des coups de ceinture sur les fesses de Steven qui s'active dans le cul de Max. Juan s'active sur la bite du contrôleur qui est maintenant bien bandée et dure comme une barre de fer. On voit que Juan n'est pas un novice, il sait y faire, il suce, il lèche, enfonce la bite du contrôleur bien au fond de la gorge, la ressort, lèche le gland puis descend avec la langue jusqu'aux couilles qu'il lèche bien en astiquant la queue d'une main pendant qu'il se branle de l'autre, il prend les couilles en bouche, complètement tout le paquet, et les fait valser dans sa bouche avec la langue, puis il les retire, remonte avec la langue tout le long de la tige, lèche le gland puis le suce et reprend toute la bite en bouche jusqu'au fond de sa gorge.
- "Bon ça va dit le contrôleur, je vois que tu sais sucer et je me demande si tu baises aussi bien"
Et il l'oblige à s'occuper du cul de Steven. Il fait se coucher Juan sur Steven en lui donnant des coups de ceinture sur les fesses et en lui disant :
- "Maintenant baise-le."
Les trois copains sont embrochés l'un dans l'autre et le contrôleur s'avance près du visage de Max.
- "Alors ça va, lui demande-t-il. Ils ne sont pas trop lourds tes deux copains ?" 
Il lui frappe le visage avec sa bite puis lui dit :
- "Maintenant suce-moi. "
Soudain le train ralentit.
- "Shitt, dit le contrôleur, on arrive déjà à la gare. Je vais devoir faire mon boulot, je n'en ai que pour quelques minutes et je reviens. Mais en attendant soyez sages. Pas question de faire quoi que ce soit sans moi sinon vous le paierez très cher".
Il se rajuste le pantalon en remettant la ceinture puis regardant par la fenêtre, il leur donne l'ordre de baisser tous les stores pour éviter d'être vus des gens sur le quai. Le train s'est arrêté. Le contrôleur est sorti en fermant la porte à clé derrière lui. Les portières du train se sont ouvertes.
- "Non madame, cette voiture est fermée aujourd'hui, passez à la suivante.
- "Ah bon ? D'habitude je prends celle-là..."
- "Oui mais aujourd'hui ce n'est pas possible, je suis désolé, allez à la suivante"

Le contrôleur donne un coup de sifflet strident, il referme les portes. Le train redémarre...

Le temps de faire rapidement le tour du train pour vérifier les billets des derniers arrivés et le contrôleur ouvre la porte de la dernière voiture. Une forte odeur de cannabis s’en dégage, les trois chauds de la bite sont encore en train de fumer assis à poil l’un à côté de l’autre.
- "On ne peut pas vous laisser deux minutes seuls sans que vous ne fassiez des conneries, vous ! "
- "Cool, mec, vient tirer un coup, répond Max en rigolant. "
- "T’es pas fou, je suis en service moi ! Mais je vois que vous aimez les pétards vous. Attendez, je vais vous en faire déguster un, vous allez voir. "
Le contrôleur tout excité déboutonne son pantalon et le laisse tomber jusqu’aux mollets exhibant sa teub en pleine forme. Il empoigne Steven par la tête et lui plonge sa bite au plus profond de la gorge en lui disant :
-"Tiens déguste ça, c’est bien meilleur que ton pétard à la con. "
Juan se lève et vient se placer derrière le contrôleur frottant sa queue entre ses deux fesses tout en lui caressant le torse. Sans arrêter de frotter sa queue entre les fesses du contrôleur, Juan commence à le déshabiller. Il lui ôte d’abord sa veste, lui déboutonne la chemise faisant apparaître un beau torse poilu qu’il caresse en insistant particulièrement sur les tétons puis finalement, il lui enlève la chemise qui vole dans un coin du wagon.

Le contrôleur semble apprécier car il remue les fesses les faisant aller d’avant en arrière profitant à la fois de la bite de Juan qui se durcit de plus en plus sur son cul et de la bouche de Steven qui lui pompe la queue.

Pendant ce temps, Max s’est penché sur la bite de Steven pour lui faire une fellation.
Les ébats sont intenses... A force, les 4 mecs se retrouvent emboîtés les uns dans les autres dans l'allée centrale du wagon. Juan a la bite enfoncé au plus profond du cul du contrôleur qu'il lime vigoureusement au rythme des boogie-woogie du train. La bite du contrôleur fait ses vas et viens dans la bouche de Steven qui se fait chaudement pomper par Max pendant que Max se fait pomper par un contrôleur particulièrement en chaleur. Ainsi, complètement nus, les quatre hommes en sueur s'excitent mutuellement les uns dans les autres, laissant échapper de temps en temps des soupirs de satisfaction, des humm, des ahhhh, des ouiii ...

Soudain le contrôleur qui n'avait plus joui depuis quelques jours n'en peut plus. Son corps est pris de tremblement, l'orgasme arrive, il a tout juste le temps de sortir de la bouche de Steven pour lui gicler au visage. Les spasmes de sa jouissance se transmettent à la bite de Juan prête à exploser sous l'effet des contractions de l'anus du contrôleur. Il se retire, ôte le préservatif et de trois vigoureux coups de main se fait jouir sur le dos du contrôleur. Encore plus excité par ce qui arrive, Max veut voir jouir Steven et, prenant sa teub en main, bien décalottée pour admirer le gland turgescent et humide, en quelques brefs mouvements, la fait cracher. A chaque jet, le corps de Steven se contracte fortement et il laisse échapper de sa bouche sensuelle de grand haaaaaaaaaaaa. Max est au comble de l'excitation. Il se relève et, jambes écartées, s'astique un court instant avant de cracher son foutre sur les autres convives, un premier jet aboutit sur le visage du contrôleur ébahi, un second sur le ventre de Steven, un troisième sur la jambe de Juan, puis encore un autre dans la chevelure du contrôleur.

Les 4 hommes, vidés, épuisés, se retrouvent couchés par terre les uns sur les autres. Il était temps de conclure, le train ralentit déjà. On approche de la gare où Steven et ses deux amis doivent descendre.
- "Vite, dit le contrôleur, on n'a que peu de temps avant l'arrêt". 
Il s'essuie rapidement avec son caleçon et se rhabille. Les 3 autres en font autant tant bien que mal. Si bien qu'à l'arrêt, ce sont 3 mecs débraillés qui sortent en vitesse du train, suivis par un contrôleur la casquette de travers et la chemise mal rentrée dans le pantalon. Heureusement, aucun passager ne monte à cet arrêt.
- "Quand vous voulez, crie le contrôleur aux 3 autres, je fais chaque jour le même service, même ligne et même heure!"
- "Ok, répondent en chœur les 3 amis, on reviendra c'est sûr !"  

Si cette histoire vous plaît, et si vous êtes suffisamment nombreux à le faire savoir, il y aura un troisième épisode.


En attendant, voici la suite des photos du quatuor formé par Connor Maguire, Darius Ferdynand, Lance Luciano et Ryan Rose.








Bonne semaine à tous !

18 commentaires:

  1. Récit sympa avec des beaux gosses en photos.

    Weekend tranquille sans surf car repas en famille dimanche et lundi avec mon mec.
    Mon neveu Romain (mon ex pour ceux qui le savent pas) était présent au repas de famille. Je l'évite le plus possible mais il est venu me parler. En famille, je ne pas faire autrement que lui parler comme si de rien n'était.
    A un moment, il m'a pris à part pour me poser des questions sur mon mec Roman et sur mes amis Chris et Enzo avec qui il m'a vu à plusieurs reprises. Je suis resté vague en disant que ce sont juste des amis de surf.
    Il ne m'a pas crû, de toute évidence, mais je m'en fous, je n'ai pas de comptes à lui rendre.
    Il m'a demandé s'il pouvait se joindre à nous pour aller surfer. J'ai dit non.
    Je m'attends tout de même à le voir rappliquer vers nous la prochaine fois qu'il nous verra sur un spot de surf. Mais là, je pense que je me mettrais en colère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En famille il vaut mieux faire bonne figure comme s'il ne s'était jamais rien passé, en effet, Franck. Sinon, ça paraîtrait bizarre et il te faudrait trouver des explications. Si Romain essaie de se rapprocher de toi, je suppose que c'est fini avec sa racaille de copain. Je comprends que tu n'aies pas envie de le voir s'immiscer dans ton groupe d'amis, même si c'est pour faire uniquement du surf avec vous. Je ne te conseille pas de te mettre en colère s'il devait venir vous rejoindre malgré que tu lui aies clairement dit non. Les autres risqueraient de ne pas comprendre si tu ne leur as pas expliqué la situation et ça pourrait alors se retourner contre toi. Par contre, s'ils sont au courant de ce qui s'est passé entre toi et Romain, ce serait alors eux qui devraient lui dire qu'ils ne veulent pas de lui dans le groupe. Sinon, le moment est peut-être venu d'avoir une bonne discussion avec Romain pour lui dire tout ce que tu as sur le cœur et ainsi pourquoi tu n'as pas envie de le voir, et bien lui faire comprendre que s'il devait venir s'immiscer dans ton groupe d'amis ça ne pourrait qu’augmenter ton ressentiment à son égard. S'il a mûri, ça le fera peut-être réfléchir et comprendre à quel point il t'a fait du mal.

      Supprimer
  2. Message perso pour Corentin et Philippe

    Roman et moi seront au Traxx à Bordeaux vendredi soir à partir de 21h00. Si cela vous dit de venir nous rejoindre, nous en serons ravis.
    Vu que nous habitons tous autour de Bordeaux, je pense que cette rencontre serait sympa de se faire si toi et Philippe êtes d'accord.
    Tiens moi au courant sur le blog en me disant si tu viens vendredi.

    Salut bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Franck

      C'est gentil ta proposition mais malheureusement vendredi soir je travaille et je ne peux pas savoir à l'avance à quelle heure je terminerai.
      J'en parlerai à Philippe (il est déjà couché et il ronfle) et s'il est d'accord, on pourra voir çà pour une prochaine fois.
      A moins que je finisse tôt et qu'on vous rejoigne après si tu passes toute la soirée au Traxx qui, il me semble ferme assez tard. Mais je ne peux rien te promettre.

      Cela dit, je ne suis pas un fan du Traxx. Je n'y suis allé que deux fois avec un copain mais pas avec Philippe qui n'y est jamais allé. C'était il y a deux ans.
      J'ai été assez déçu par l'endroit et l'ambiance ne m'avait pas emballé. Ce n'est pas trop un endroit pour moi.
      Avec Philippe, toi et Roman ce sera peut être, même sûrement, différent.

      Je comprend ton point de vue en ce qui concerne ton neveu Romain. Je pense que tu as raison de ne pas vouloir immiscer dans ton groupe. Ce serait trop bizarre pour ton mec.
      Mais lui faire la gueule pour le restant de ses jours n'est pas une solution.
      Tu es passé à autre chose et à mon avis cette autre chose est ce qui pouvait t'arriver de mieux avec Roman et vos amis avec qui vous former un quatuor. Surtout que cela à l'air de très bien se passer pour vous.

      A plus, je te tiens au courant si je peux.

      Supprimer
    2. Je suis d'accord avec toi, Corentin. Je pense aussi que faire la gueule à Romain jusqu'à la fin de ses jours n'est pas une solution et qu'il faudra bien trouver un modus vivandi avec lui, en tout cas pour ce qui concerne les rencontres familiales inévitables. Cela n'implique bien sûr pas de l'intégrer dans son groupe d'amis. Mais, je comprends que Franck ne peux pas faire comme si rien ne s'était passé. Il faut au minimum que Romain comprenne et reconnaisse le mal qu'il lui a fait et qu'il s'amende d'une manière ou d'une autre.

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord Kalinours. Inclure Romain dans leur groupe serait une grosse erreur. Ils se croiseront sûrement sur les lieux de surf, pourront éventuellement engager la conversation comme les surfers le font souvent mais surtout pas plus.

      Franck, j'ai parlé à Philippe et il serait d'accord pour la rencontre au Traxx. Cela ne dépendra donc que de l'heure à laquelle je sortirai du travail. Si je sors du boulot avant minuit, peut être, sinon ce sera non. On ne partira pas pour Bordeaux à cette heure là.

      Supprimer
    4. Je ne peux donc que souhaiter que tu puisses terminer ton boulot assez tôt ce vendredi, Corentin.

      Supprimer
  3. Bonjour Damien , Bonjour Jean

    Superbe continuité de ce récit torride

    J’espère que votre week-end fut agréable et ensoleillé

    Le mien plutôt calme pas de repas de famille et mes petits étudiants encore en vacances

    Ça va battre son plein dès cet après-midi et ce soir car la reprise est là et ils ont les couilles bien pleines...

    Agréable semaine à Tous les Deux ainsi qu'à vos visiteurs

    Amicales pensées - Patrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Patrice. Le week-end fut agréable mais pas ensoleillé et ce début de semaine est tout aussi mitigé avec des températures en dessous des normales saisonnières. Ici aussi, le travail a repris ce matin pour Damien.
      Bisous amicaux.

      Supprimer
  4. Vianney Colette18 avril 2017 à 14:58

    Un petit passage sur le blog avant de partir sur mon lieu de drague favori.

    Dimanche soir torride pour moi.
    Je suis allé sur un lieu de drague ce dimanche soir à partir de 21h. Pas mon lieu favori qui n'est fréquenté qu'essentiellement en journée et assez peu la nuit. J'ai donc opté pour un autre endroit qui est fréquenté aussi bien en journée que la nuit mais que je trouve moins pratique en journée car trop passant par des promeneurs non gays. Par contre, la nuit, il n'y a que des gays.
    Ce n'est pas dans mes habitudes de sortir draguer la nuit mais je fais des exceptions de temps en temps. J'ai bien fait.
    Les gars du coin, et quelques un de passage pour le weekend de Pâques, étaient très chauds dimanche soir. Il y avait du monde et ça baisait de partout. A deux, à trois, à plus que ça.

    Je me suis ainsi retrouvé dans une baise à trois qui, avec l'arrivée d'autres mecs, s'est poursuivi à six. J'ai baisé et me suis fait baisé.
    Et comme si cela ne suffisait pas, après la baise et un peu de discute avec mes partenaires, j'ai remis le couvert plus tard dans la soirée, avec deux autres gars pour un plan à trois hyper sexe.
    J'ai donc eu sept partenaires différents en une seule soirée. Huit si on compte le gars avec qui on s'est sucé mutuellement à peine dix minutes après mon arrivée mais sans aller plus loin.
    C'est bien simple, je suis reparti de cet endroit vers 3h00 du matin lundi. Il y avait encore quelques mecs, peu nombreux, qui cherchaient leur bonheur.
    Je les ai laissés, j'avais eu largement de quoi rassasier mon appétit pour la soirée.
    Une excellente soirée que la mienne.

    Lundi midi, j'ai déjeuné avec la gonzesse dont je vous ai parlé l'autre fois. Au resto, encore une fois. Petite balade après le repas pour faire la digestion mais toujours pas de baise avec elle.
    Ce n'est pas grave, vu ma nuit précédente avec les mecs, je suis pas sûr que j'aurais pu assurer. C'est donc aussi bien.

    Superbes photos qu'il me semble que tu les avais déjà mises sur un article passé.
    Je n'ai pas lu l'histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, Vianney, voilà encore une soirée où tu as pu t'éclater. C'est vrai que les lieux de drague sont souvent plus chauds en soirée que pendant la journée.
      C'est possible que j'avais déjà mis cette série de photos. A force, on finit par tourner en rond.
      Bonne semaine de plaisirs !

      Supprimer
    2. Je te félicite Vianney. Tu fais bien de profiter.

      Supprimer
    3. Lire le plan drague de Vianney est toujours rassurant. je me sens moins seul ;)

      Supprimer
    4. Pourquoi VinCent. Tu te sens seul quand tu dragues ou bien on te reproche de trop draguer ?

      Supprimer
  5. Je te propose de lire ça et de me dire ce que tu en penses :
    http://gayrawstories.blogspot.fr/2014/03/leo-et-marc.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un récit très sympa comme on les aime ici. Mais, pourquoi l'histoire est-elle racontée à l'imparfait ? Je pense que ce serait mieux de mettre les verbes au présent.
      Merci pour le lien vers ce blog !

      Supprimer